top of page
Actualités de la paroisse: Blog2

Homélie de la Solennité du Saint Sacrement

( Communions)


+

Solennité du Saint Sacrement

Premières Communions

 

Frères et sœurs,

Chers enfants,

 

            Aujourd’hui, à l’occasion de la fête du Saint Sacrement, vous allez vivre votre première communion. Cette première communion, vous l’avez préparée par la retraite de Vendredi dernier, mais également, vous l’avez préparée tout au long de cette année avec vos catéchistes et parfois en famille, avec vos parents. C’est parce que c’est un sacrement grand et important que nous prenons soin de le préparer correctement : c’est Jésus qui vient habiter en vous pour vivre en vous. Alors, vous qui vous êtes préparés à recevoir Jésus, figurez vous que Dieu a fait la même chose pour préparer son peuple à recevoir Jésus.

La première lecture que nous avons entendue nous montre de quelle manière Dieu a préparé les Hébreux à accueillir le Corps et le Sang de Jésus. Moïse va asperger l’autel avec le sang des holocaustes, puis dans un deuxième temps, après avoir fait la lecture du Livre de l’Alliance, il va asperger le peuple avec le reste du sang des sacrifices. Nous sommes ici dans un véritable rite d’Alliance où le sang des holocaustes préfigure et annonce le Sang du Christ qui, Lui, accomplira l’Alliance. Mais on peut lire ce rituel d’une autre manière. Les sacrifices qui avaient lieu dans l’Ancien Testament consistaient à séparer l’animal offert en deux parties : une était offerte à Dieu et l’autre était pour les hommes. Nous voyons la même réalité avec l’aspersion du sang. Une partie du sang était offerte à Dieu et l’autre pour le Peuple qui en était aspergé. Derrière ce rituel, on retrouve l’idée selon laquelle Dieu et les hommes sont unis par la même nourriture, par le même principe de vie : le Sang. Au-delà de l’idée que Dieu et les hommes partagent la même nourriture, on retrouve le désir que Dieu et l’homme soit profondément unis, en communion, parce qu’ils se nourrissent de la même nourriture, du même principe de vie.  Ce qui était préfiguré et annoncé à travers ce rituel de l’Alliance va se trouver accompli et parfait en Jésus où Dieu et l’homme ne partageront plus seulement la même nourriture, mais où l’homme se nourrira de Dieu Lui-même puisque Jésus va nous donner son Corps à manger et son Sang à boire. De la sorte, Dieu vient nous nourrir et nous nous laissons habiter par Lui pour devenir nous-mêmes Dieu. En Jésus, le désir d’union entre Dieu et l’homme devient une réalité accessible.

 

            Donc, chers enfants, de la même manière que Dieu a préparé son peuple à recevoir Jésus à travers ces rites d’Alliance, de la même manière vous vous êtes préparés à votre première Communion.

 

            Que va vous apporter Jésus dans la Sainte Communion? Il va d’abord vous apporter la Vie : « Si quelqu’un mange de ce Pain, il vivra éternellement. » nous dit Jésus. Si Jésus s’est donné sous la forme du pain, c’est bien qu’Il vient nous montrer qu’Il se fait nourriture, pour nourrir la vie divine reçue au jour de notre baptême. Chers enfants qui allez communier, vous avez dans votre famille des petits frères ou des petites sœurs. Vous avez vu combien leur nourriture a évolué depuis qu’ils sont bébés. Au début, ils boivent du lait de leur maman ou du biberon, puis ils vont commencer à diversifier leur alimentation avec des petits pots ou des choses liquides, puis progressivement, ils vont manger des aliments plus solides. Vous, c’est un peu la même chose. Vous êtes en train de changer d’alimentation pour votre vie divine. Aujourd’hui, vous accédez à la nourriture des grands, la nourriture qu’est Jésus lui-même. Mais, vous voyez qu’une fois que vos petits frères ou petites sœurs ont changé de nourriture, ils ne retournent pas en arrière…sinon, il y aurait un gros problème pour leur santé et même pour leur vie. Eh bien, c’est la même chose pour votre vie divine. Maintenant que vous accédez à la nourriture des grands, il faut rester fidèle à cette nourriture et continuer à la recevoir, sinon, c’est votre vie divine qui va être en danger et va progressivement régresser. Et là, je m’adresse à vous chers parents, vous qui êtes responsables de la nourriture de vos enfants : aidez vos enfants à demeurer fidèles à la Communion au Corps de Jésus en étant fidèles à la messe ; sinon, cela ne sert à rien de communier.

            Mes enfants, Jésus va vous apporter autre chose dans la Communion. L’Évangile que nous venons d’entendre nous rapporte la Première Messe qu’a célébrée Jésus qui est le moment où Jésus offre son Corps et son Sang. Or cette première messe est célébrée lors de la fête de Pâques où les Juifs commémorent la libération de la Mer Rouge. Le don du Corps et du Sang de Jésus, la Communion à son Corps et à son Sang, est donc une nourriture de libération, la nourriture de Pâques, qui nous libère du péché et de la mort.

Je profite de la Communion des enfants pour rappeler ce point à tous : la communion au Corps du Christ à la messe remet, si l’on a une contrition sincère de ses péchés (contrition exprimée lors du rite pénitentiel au début de la messe), les péchés que l’on appelle les péchés véniels. Pour les péchés plus graves, qui ont introduit la mort dans la relation à Dieu (péchés que l’on appelle les péchés mortels), la confession préalable est nécessaire. Il y a un plus grand péché à communier si l’on a des péchés graves sur la conscience qu’à ne pas communier. Je cite deux strophes de la séquence qui nous redisent cela : « Bon et mauvais le consomment, mais pour un sort bien différent, pour la vie ou pour la mort. Mort des pécheurs, vie pour les justes ; vois : ils prennent pareillement ; quel est le résultat différent ! » Frères et sœurs, la communion n’est jamais un droit que l’on a; c’est un don qui nous est fait et que l’on reçoit ! Au sujet des péchés véniels, remis par la communion lors de la messe, l’Église nous conseille de les confesser quand même, car cela enlève en nous l’habitude du péché qui nous incline à des péchés plus graves.

            Enfin, je voudrais vous parler d’un dernier effet de la Communion : elle permet l’habitation de Dieu en nous et de nous en Dieu. Lorsque nous communions au Corps du Christ, Jésus vient habiter en nous. Mais en réalité, c’est nous qui sommes attirés en Dieu et allons habiter en Lui. En fait, la communion est un acte d’Amour où Dieu et l’homme s’unissent pour ne faire plus qu’un. C’est l’Amour que Dieu a pour l’homme qui pousse Dieu à se donner totalement à l’homme pour pouvoir vivre avec lui, en lui et être totalement en Lui. Pour nous, êtres humains, il nous est impossible d’habiter dans le cœur d’une personne que nous aimons : notre nature ne le permet pas. Eh bien, ce qui nous est impossible, est possible pour Dieu par la Communion. Comment Dieu peut-Il vivre en nous et comment pouvons-nous vivre en Dieu ? par la Sainte Communion !

 

            Chers enfants, Frères et sœurs, je voudrais terminer cette méditation en réfléchissant avec vous sur le lien entre la Communion et l’Église. Lorsque nous communions, le prêtre dit : « Le Corps du Christ » et vous répondez « Amen ». Plus nous communions, plus nous devenons le Corps du Christ, plus nous sommes unis à Jésus. C’est cela qui constitue l’Église. Nous savons que l’Église est le Corps du Christ ; l’Église se construit, grandit, se fortifie par la communion des fidèles au Corps du Christ. Il y a donc un lien très profond entre notre communion au Corps du Christ et notre lien à l’Église. L’Église sera plus belle, plus solide, plus forte, plus sainte, si nos communions sont plus saintes, plus belles et plus authentiques. L’Église sera plus unifiée si nos communions sont mieux vécues et davantage préparées. La source de l’unité de l’Église est dans la Sainte Communion au Corps de Jésus. Dit autrement, la Communion au Corps du Christ est source d’une unité nouvelle, plus forte et plus profonde.

 

            Chers enfants, Frères et sœurs, rendons grâce à Dieu d’avoir donné à l’Église le Corps et le Sang de Jésus pour que nous puissions Les recevoir et en vivre. Vous qui allez communier, nous qui communions déjà, pensons que la Sainte Hostie que nous recevons nous prépare à la rencontre décisive où un jour nous verrons Dieu face à face lorsque nous quitterons cette terre pour aller vers Lui. Bien sûr, il est important de préparer cette rencontre avec le Seigneur par notre manière de vivre, mais nous préparons aussi cette rencontre par toutes nos communions. La fidélité à la Communion ainsi que notre manière de communier est déjà une préparation de notre rencontre avec Dieu en même temps qu’elle en est déjà une anticipation.

            Chers enfants, nous confions votre première communion à la Sainte Vierge : qu’Elle vous garde fidèle au Corps du Christ, à Jésus et à l’Église. Amen !


8 vues

Posts récents

Voir tout

Kommentare


Ancre 1
bottom of page