Rechercher
  • Paroisse Saint Louis

Solennité de l’Immaculée Conception


+

Solennité de l’Immaculée Conception


Chers frères et sœurs,

Fidèle aux dernières volontés de Jésus, l’Église prend chez elle Marie, la Mère de Jésus, et elle l’honore, la fête, l’aime. Aujourd’hui au cours de cette solennité, nous rendons grâce à Dieu pour le don fait à la Sainte Vierge de la grâce de l’Immaculée Conception. C’est cette grâce particulière qui fait que Marie a été préservée de tout péché, du péché originel et du péché actuel, autrement dit, qui fait que sa liberté est restée pure, intacte, sans aucune réserve ni restriction, ni consciente ni inconscience. Sa liberté est restée intacte devant Dieu ; le péché n’a pu ni l’abîmer ni la restreindre.


La liberté…vaste thème qui occupe nos esprits depuis plusieurs mois au cours desquels nous avons vu nos libertés être limitées pour éviter la propagation du virus. Nos libertés de mouvement, de pratiquer notre culte, nos libertés d’entreprendre ont été remises en cause et parfois interdites. Pour les uns, ce sacrifice auquel nous étions appelés à consentir était un acte de charité ; pour d’autres, un prétexte pour nous formater, pour nous régenter et pour nous manipuler. Ces deux lectures n’ont cessé de se confronter, pas avec les mêmes forces, l’une bénéficiant des moyens médiatiques et de la convergence de la plupart des gouvernements politiques mondiaux ; l’autre se frayant un chemin au milieu de ce qui s’impose de plus en plus comme une pensée mondiale.


Mais pour un certain nombre de croyants, et de catholiques, les choses se sont compliquées lorsqu’on leur demande un sacrifice charitable en vue du bien des autres, quand ceux-là mêmes qui demandent cet effort de charité sont ceux qui s’éloignent des valeurs de l’Evangile dans la promulgation de nos législations : on ne protège plus le tout petit dans le ventre de sa Mère, profitant de la situation de crise pour faciliter encore plus l’avortement ; on promeut des législations qui mettent de côté le rôle du père, on asservit l’enfant à un objet que l’on exige ou que l’on commande. Dès lors, comment s’étonner de la défiance des chrétiens ? je ne m’arrête même pas sur l’interdiction du culte public ni sur la jauge ridicule des 30 personnes autorisées pour le culte. Bref, entre ces différentes conceptions de la liberté - la liberté vue comme une soumission, un consentement aux normes politiques et la liberté vue comme une résistance ou une indépendance par rapport à ces mêmes normes politiques - que nous apprend la Vierge Marie sur la liberté, don de Dieu, puisque c’est en elle que la liberté voulue par Dieu est restée intacte ?

Deux aspects importants caractérisent la liberté de la Sainte Vierge : sa liberté est pure et intacte parce qu’elle n’est pas entachée par le péché et parce qu’elle est ajustée à l’accomplissement de la volonté de Dieu sans être repliée sur elle-même dans la recherche de l’accomplissement de ce qu’elle voudrait.

La liberté de la Sainte Vierge est pure parce qu’elle n’est abimée par aucun péché. Sa liberté est donc restée, comme lors de la création, unie à Dieu et à la faculté d’aimer. Sa liberté est parfaitement unie à l’amour et parfaitement unie à Dieu. Elle ne peut qu’être ouverte à Dieu. Le péché originel justement consistait à ce que la liberté, don de Dieu, soit retournée contre Dieu. Marie est préservée de cette déviation. Elle ne peut que dire « oui » à Dieu tout en étant pleinement libre. Tout péché actuel vient aussi abîmer notre liberté, en la rendant moins ouverte à Dieu, moins réceptive, moins coopérante. Cela veut dire que tout combat pour rester libre, avant de combattre des principes extérieurs à nous, des lois extérieures, des régimes ou des idéologies politiques, doit toujours commencer en nous. Le premier lieu de combat pour notre liberté est en nous, en luttant contre le péché. Dans ce combat, Marie apparait comme gardienne et protectrice de notre liberté : la première lecture nous révélait que c’est elle qui écrase la tête du serpent. Nous trouverons toujours en Marie une avocate efficace dans notre combat contre notre péché.

La deuxième caractéristique de sa liberté est que sa liberté demeure ajustée à ce que Dieu veut. Elle ne fait pas ce qu’elle veut, mais elle fait ce que Dieu veut : « Que tout se passe pour moi selon ta parole » répondra-t-telle à l’Archange Gabriel. La difficulté pour nous, chrétiens, réside dans le fait qu’en raison de la déchristianisation de notre société, nos lois civiles ne sont plus conformes et seront de moins en moins conformes à l’Evangile : ainsi en est-il de l’avortement, du mariage, de la filiation, de la procréation…Et cela continuera…Où se trouve alors l’ajustement à la volonté de Dieu ? en obéissant à des lois civiles qui sont contraires à la Loi naturelle ? ou en obéissant à la Loi divine, nous mettant parfois en porte à faux avec nos lois civiles ? La question : « Faut-il obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ? » se posera de plus en plus à nous étant donné l’évolution de nos sociétés. Les Apôtres se sont posés la même question au moment où le pouvoir politique et religieux leur intimait le silence par rapport à l’annonce de la Résurrection de Jésus. Heureusement pour nous qu’ils n’ont pas choisi d’obéir alors aux hommes!


Ce que l’Histoire Sainte nous apprend, c’est que lorsque l’on choisit d’obéir aux hommes plutôt qu’à Dieu, la foi s’affadit, se dissout et n’a aucune fécondité; a contrario, quand on choisit d’obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, la Providence vient tôt ou tard aider ceux qui ont fait ce choix. Dieu n’abandonne jamais ses enfants devant les obstacles : « Comment cela fera-t-il puisque je suis vierge ? L’Esprit-Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre. » répond l’Archange Gabriel à la Sainte Vierge. Les moyens de Dieu pour nous secourir ne sont pas les nôtres…

Alors, frères et sœurs, ne nous laissons pas enfermer dans des oppositions idéologiques ou de principe : la vraie liberté vient de Dieu et se développe dans l’ajustement de notre volonté à Dieu. La Sainte Vierge, protectrice de notre liberté, nous aidera à avoir foi dans l’action de Dieu dans nos vies pour qui « Rien n’est impossible. » Elle nous révèle en outre que la fécondité de Dieu ne jaillit que du cœur qui dit « Fiat », oui, à Dieu, mais pas des cœurs qui ont peur de dire « oui » à Dieu, ou qui préfèrent, pris entre plusieurs feux, ne pas répondre ou dire « non ».

Que la Vierge Immaculée fasse grandir en nous le désir d’une vraie liberté, celle des enfants de Dieu, en luttant contre le péché et en recherchant dans notre vie l’accomplissement de la volonté de Dieu. Qu’elle nous aide à avoir foi dans la Providence divine qui vient toujours au secours de ses enfants. Amen !

23 vues

Posts récents

Voir tout

Carême : Lettre de notre Evêque

Aux prêtres, diacres, communautés religieuses, Services et mouvements …. Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Nous entrons prochainement dans le temps du carême. Un temps de conversion et de purifi

©2019 by Paroisse Saint Louis Pays de Vernon. Proudly created with Wix.com