top of page
Actualités de la paroisse: Blog2

Homélie du Troisième dimanche de Pâques


+

 Troisième dimanche de Pâques

« Alors Il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. »

 

Frères et sœurs,

 

            Cet Évangile qui suit directement l’épisode plus connu des Pèlerins d’Emmaüs, nous pose au moins 3 questions : il y a tout d’abord la question de la corporéité du Ressuscité ; puis il y a la question des différents modes de présence du Ressuscité et enfin il y a la question des Écritures qui comportent des secrets et des trésors, mais qu’il faut savoir chercher, accueillir et comprendre.

 

            Je commence par la question de la corporéité de Jésus Ressuscité. C’est là un mystère. En premier lieu parce qu’un corps, même marqué par la mort, ne devient pas méconnaissable en plus de 24 heures. (Même si l’on compte 3 jours, du vendredi au dimanche). Mais les Apôtres et les disciples qui ont vécu avec Jésus ne Le reconnaissent pas. C’est-à-dire que la reconnaissance du Ressuscité ne peut plus se faire selon nos critères humains, à savoir la ressemblance, l’aspect physique de la personne, l’aspect audible de la personne. Nous sommes dans une autre dimension qui est maintenant celle de la foi et non plus celle de la reconnaissance par les sens. Même le toucher qui semblerait échapper à ce que je dis ne produit l’effet de la reconnaissance du Ressuscité chez St Thomas que parce que c’est la Passion dans ses marques qui est touchée du doigt. Les Apôtres ne reconnaissent pas Jésus au toucher, mais à la marque des clous. Nous le voyons à nouveau dans cette page d’évangile, où St Luc prend bien le soin de nous dire que les Apôtres et les disciples vont voir les mains et les pieds de Jésus.

La suite de l’Évangile très intéressante. Jésus rassure ses Apôtres et ses disciples en leur disant qu’Il n’est pas un esprit : « Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai ». Jésus fait donc toucher son corps, et pour confirmer l’existence de son corps de Ressuscité, Il va manger devant eux du poisson. Jésus nous enseigne par-là que la Résurrection est la nouvelle union de notre âme, immortelle, avec notre corps. La semaine passée, un confirmand a posé à l’évêque la question de notre corporéité lorsque nous ressusciterons. L’évêque a souri et a répondu que c’était une très bonne question. Effectivement nous ressusciterons, mais avec un corps de 3 ans ? de 18 ans ? de 25 ans ou de 95 ans ? L’Église n’a jamais répondu à cette question d’abord parce qu’elle ne le sait pas, mais elle nous donne comme élément de réponse que Saint-Paul nous enseigne que nous ressusciterons avec un corps que l’on appelle un corps glorieux, qui sera comme celui de Jésus.

Ces quelques réflexions sont importantes, parce que tous les dimanches à la messe nous affirmons que nous croyons en la Résurrection de Jésus. Dans ce même Credo, nous affirmons également que nous croyons en la Résurrection de la chair. Pourquoi pouvons-nous dire que nous croyons que nous ressusciterons avec un corps ? Tout d’abord parce que Jésus est ressuscité avec un corps et que Jésus a en tout point assumé notre vie humaine. Ce qu’Il a donc vécu est ce que nous vivrons. Si Jésus est ressuscité avec un corps, alors nous aussi nous ressusciterons avec un corps. D’autre part, la résurrection sera une nouvelle union entre notre âme et notre corps. Il est donc tout à fait cohérent que nous retrouvions un corps lors de la résurrection à la fin des temps.

 

            J’en viens maintenant aux différents modes de présence du Ressuscité. St Luc en évoque trois dans le passage d’Évangile du jour. Il y a d’abord la présence du Ressuscité lorsque les Apôtres et les disciples sont réunis au Nom de Jésus. St Luc nous dit : « Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux. » On se souviendra de la Parole de Jésus : « Lorsque deux ou trois sont réunis en mon Nom, Je suis là au milieu d’eux. »

Il y a ensuite la présence du Ressuscité dans les Écritures. St Luc écrit : « Puis Il leur déclara : ‘Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les prophètes et les psaumes’. Alors Il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : ‘Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom…’ » Je vais revenir plus loin sur la question de la présence du Christ Ressuscité dans les Écritures, mais cette présence est spirituelle.

St Luc évoque enfin de manière très rapide, parce que le passage d’Évangile que nous méditons fait suite à cette présence du Ressuscité très développée, la présence du Christ dans la fraction du Pain. Il écrit au début de notre passage : « En ce temps-là, les disciples qui étaient rentrés d’Emmaüs racontaient aux 11 apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. » Le fait que Jésus ait disparu au moment même de la fraction du pain montrait clairement qu’Il est désormais présent dans la sainte hostie. La présence du Ressuscité dans l’Eucharistie est une présence spirituelle et corporelle. On l’appelle également la présence réelle car c’est vraiment Jésus corporellement et spirituellement qui est présent. C’est la raison pour laquelle nous adorons le Saint-Sacrement et que nous vénérons les Écritures. Dans les deux cas nous les encensons, manifestant ainsi la présence du Christ : spirituelle et corporelle dans le Saint-Sacrement, seulement spirituelle dans l’Écriture. Le mode de présence le plus complet du Ressuscité est dans le Saint Sacrement.

 

Je voudrais terminer cette méditation sur la présence du Christ Ressuscité dans les Écritures en regardant avec vous comment lire les Écritures. On peut tirer au moins 3 enseignements sur les Écritures à partir du passage d’Évangile que nous méditons. Tout d’abord, les Écritures nous parlent de Jésus. Je cite St Luc : « Il leur dit : ‘Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour etc… » Frères et sœurs, à chaque fois que nous lisons la Bible, que nous prions sur un texte biblique, avant de nous demander ce que Dieu nous dit ou nous donne à travers cette parole, il est toujours intéressant de regarder ce que ce texte nous dit de Dieu ou de Jésus. La deuxième chose qui découle de ce premier enseignement est que l’Écriture comporte des secrets, des révélations, des trésors peut-on même dire, qui se déploieront dans le temps et dans notre vie. Souvenons-nous du passage de la Transfiguration où Jésus révèle à Pierre, Jacques et Jean des secrets très profonds qui concernent sa propre vie, leur propre vie, et même l’histoire des hommes. De la même manière, les Écritures annonçaient la Passion et la Résurrection de Jésus. Si nous savons lire correctement la Parole de Dieu, nous découvrirons également des paroles, des trésors que Dieu nous adresse qui concernent notre vie, notre avenir, notre histoire et plus généralement l’histoire de notre monde. Enfin troisième enseignement, ce passage d’Évangile nous redit que celui qui nous permet de lire correctement l’Écriture, de la comprendre et de nous en nourrir, c’est Jésus lui-même.

Frères et sœurs, lorsque vous préparez votre messe en lisant les textes avant, lorsque vous faites oraison à partir d’un texte biblique, lorsque vous méditez un texte de la Parole de Dieu, n’oubliez jamais de prier l’Esprit-Saint et de confier ce temps de prière à Jésus pour que Lui-même fasse lever le voile de nos yeux et de notre cœur pour que nous puissions découvrir ce qu’Il a à nous dire. Le maître de l’Écriture, c’est Jésus lui-même, comme le révèle ce passage de l’Évangile.

 

Profitons de ce temps pascal pour approfondir notre manière de lire l’Écriture Sainte en y cherchant tout ce qui concerne Jésus, et en cherchant à accueillir ce que Dieu nous dit et nous donne à chacun. Les Écritures sont vivantes pour celui qui sait l’accueillir comme le lieu où Dieu nous parle. Que le Ressuscité nous accorde cette grâce pour renouveler notre vie spirituelle et chrétienne. Amen !

5 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


Ancre 1
bottom of page