top of page
Actualités de la paroisse: Blog2

Homélie du 4ème Dimanche de l’Avent


+

4ème Dimanche de l’Avent

« Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »


Frères et sœurs,


Les textes de la liturgie de ce jour nous montrent Dieu qui intervient dans la vie des hommes et dans les projets des hommes. La première lecture nous montre Dieu qui retourne le projet du Roi David qui voulait construire un temple pour le Seigneur. Par l’entremise du prophète Nathan, Dieu révèle qu’Il veut que le Roi David habite chez Lui, Dieu, c’est-à-dire chez son peuple. Dans l’Évangile, Dieu vient bouleverser les plans de Marie, promise en mariage à Joseph pour lui demander de devenir la Mère de son Fils.

Dieu n’est pas quelqu’un qui commande d’en haut, qui donne des ordres qu’il faudrait exécuter. Il entre en relation, en dialogue avec nous, laissant ses créatures totalement libres. Et Il n’hésite pas à discuter avec la liberté de l’homme ; Il ne la contraint ni ne la force. Dans le cas du Roi David comme de la Vierge Marie, Il passe par des intermédiaires, comme s’Il ne voulait pas, par sa puissance, écraser ses interlocuteurs. Il faut y voir une marque de respect et de délicatesse. Et dans les deux cas, Il fait savoir qu’Il sera présent. « Tout ce que tu as l’intention de faire, fais-le, car le Seigneur est avec toi » dit le prophète Nathan au roi David. « Je te salue, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi » dit l’Archange Gabriel à la Vierge Marie. Bien sûr, il y a une différence essentielle entre le Roi David et la Vierge Marie : l’un est un gros pécheur, l’autre est sainte et immaculée. Mais dans les deux-cas, la manière de procéder est la même. Malgré son péché, le Roi David est profondément disponible à Dieu et, lui comme Marie, acceptent d’entrer dans le projet de Dieu. Frères et sœurs, c’est une question à nous poser : est-ce que nous acceptons de nous dessaisir de nos propres projets pour entrer dans ceux de Dieu ? On peut facilement se plaindre que l’œuvre de Dieu ne s’accomplisse pas de manière plus franche ou plus visible dans notre monde ; mais est-ce que déjà nous-mêmes nous acceptons de laisser la place à Dieu ? N’avons-nous pas plutôt le réflexe de faire entrer Dieu dans nos projets ?


C’est ici que nous pouvons regarder l’exemple de Marie. Marie nous montre que la sainteté ne consiste pas à avoir de belles paroles, de belles idées ou de beaux projets pour Dieu, mais à faire sa volonté. La sainteté passe par une dépossession, et non pas par une acquisition ou l’enchainement de réussites ou de victoires. Marie ne se met pas au centre, mais fait de la place à Dieu ou plus exactement, laisse de la place à Dieu. Elle se met au service de Dieu. Benoît XVI nous disait que « Marie est grande parce qu’elle ne veut pas se rendre elle-même grande, mais elle veut rendre Dieu grand. » et il continuait : « Elle contribue au salut du monde, non pas en accomplissant son œuvre, mais seulement en se mettant pleinement à la disposition des initiatives de Dieu. » (Deus caritas est 41) Marie accepte et vit le retournement dont je parlais plus haut. Elle nous montre que c’est ainsi que l’on coopère à l’œuvre de Dieu. Marie accepte de se dessaisir d’elle-même et elle offre ce qu’elle est, c’est-à-dire elle offre l’ humanité au Fils de Dieu, qui en a besoin pour l’assumer et la sauver. Une nouvelle fois, nous pouvons nous demander ce que nous offrons de nous-mêmes à Dieu.


Pour terminer cette petite médiation sur ce récit bien connu de l’Annonciation, à la lumière de la première lecture, je voudrais lire la réponse de Marie « Qu’il me soit fait selon ta parole. » dans la logique de l’Incarnation. Les textes nous préparent non seulement à la venue du Seigneur dans notre monde, mais aussi à son habitation dans notre monde. La première lecture nous montre le projet du Roi David, à savoir que Dieu habite, non plus sous une tente, mais dans un Temple. La réponse de Dieu montre que si Dieu habite dans un Temple, Il veut aussi habiter dans un Peuple, à travers la mission du Roi qui, en servant le Peuple, habitera la Maison de Dieu. Puis l’Évangile nous montre que Dieu veut habiter l’être, c’est-à-dire le corps et le cœur, de Marie. Et Marie s’offre elle-même pour devenir en quelque sorte le nouveau Temple de Dieu, sa première Église. En somme, les textes nous disent que Dieu veut habiter chez chacun de nous. « Le Seigneur est avec toi » nous redisent-ils ce matin.


Puissions-nous préparer nos cœurs à accueillir l’Emmanuel, Dieu avec nous. Noël, c’est accepter que Dieu vive en nous, parce qu’Il nous aime et qu’Il veut être avec nous, parce qu’Il veut nous sauver du péché et de la mort et parce qu’Il veut que nous Le portions aux autres. Amen !

9 vues

Posts récents

Voir tout
Ancre 1
bottom of page