Rechercher
  • Paroisse Saint Louis

Homélie du 3ème Dimanche de Carême



+

3ème Dimanche de Carême


Célébration des scrutins

Entrée de deux nouveaux frères dans la confrérie

Frères et sœurs,


C’est un dimanche quelque peu particulier que nous vivons, marqué par des engagements, des entrées : entrée de Melchior chez les enfants de chœur, avancée de nos amis catéchumènes, pour qui nous prions de manière plus intense en ce temps de Carême, vers le chemin du baptême, entrée de deux nouveaux Frères dans la confrérie de charité de la Paroisse.


Je souhaiterais lire et vivre ces engagements avec vous à la lumière de la rencontre de Jésus avec la Samaritaine, entendue dans l’Évangile retenu pour ce premier dimanche de scrutin. Depuis longtemps, les Samaritains sont en marge du peuple d’Israël pour un conflit remontant au Roi Salomon, le cœur du conflit étant le lieu principal de culte à rendre à Dieu. Dans cette rencontre que Jésus vit avec la Samaritaine, non seulement, Il se fait reconnaître comme le Messie, Il convertit la Samaritaine, mais en plus Il dépasse la division entre les Juifs et les Samaritains, appelant les uns et les autres à un culte nouveau. Mais, je voudrais regarder de manière plus précise comment Jésus s’y prend pour entrer en dialogue avec la Samaritaine, dialogue qui s’annonce difficile : Jésus est Juif, la femme est Samaritaine ; Jésus est un homme, Il va discuter avec une femme, ce que St Jean nous fait remarquer : « Là-dessus, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. »

Jésus entre de manière discrète en dialogue avec elle. Il lui demande un service. Il se fait demandeur ; Il ne s’impose pas. Il lui permet de donner quelque chose. En fait, cette rencontre a tout l’aspect d’une rencontre banale, ordinaire. Mais derrière cet ordinaire, se cache un échange extraordinaire que la suite révèlera. Frères et sœurs, c’est bien ainsi que la plupart du temps Dieu entre dans nos vies. Au début, on n’y prend pas garde ; on ne fait pas attention. Mais dans une activité, une rencontre apparemment ordinaire, ressort quelques temps après quelque chose qui ne l’était pas. Dieu se fait toujours petit quand Il entre dans une vie ; comme à Noël, Il se fait petit enfant.

Dans l’échange qui s’ensuit entre Jésus et la Samaritaine, on voit bien du côté de la Samaritaine que le naturel et le surnaturel se mélangent…elle ne saisit pas très bien de quelles réalités il est question. Elle comprend que Jésus parle de soif humaine ; Jésus ne dément pas, mais Il la conduit vers la soif de Dieu qui sourd au fond d’elle-même. La rencontre avec Jésus mélange en quelque sorte nos temporalités. Si Jésus nous rejoint dans notre temporalité humaine, Il vient nous ouvrir à la temporalité surnaturelle, à l’éternité.

Puis, la rencontre avec Dieu conduit la Samaritaine à faire la vérité dans sa vie. Jésus ne la juge pas, mais Il l’appelle à se mettre en vérité. Vérité sur son histoire, sur sa vie, sur son péché, sur sa relation aux autres. Nous aussi, frères et sœurs, la rencontre avec Jésus nous conduit à faire œuvre de vérité dans nos vies. Avec Jésus, nous voyons que notre vie n’est pas forcément dans la Lumière, qu’elle n’est pas toujours ouverte à Dieu et à la grâce, à l’amour. Nous voyons que nous manquons de vérité sur nous-mêmes, dans nos engagements, dans nos relations les uns envers les autres…

Cette rencontre avec la Vérité aide la Samaritaine à dépasser un conflit qu’elle supporte, vieux de plus de 900 ans. Jésus lui révèle que les vrais adorateurs « adoreront le Père en esprit et en vérité. » Le vrai culte à rendre à Dieu est un culte spirituel dans lequel on convertit sa vie. Aujourd’hui encore parfois, des sensibilités différentes dans l’Église, pourtant légitimes, sont montées en opposition. Le vrai culte à rendre à Dieu ne se situe pas là, mais il dépend de l’union à Dieu en « esprit et en vérité ».

Édifiée par la rencontre avec Jésus, la Samaritaine s’en retourne au village et annonce la venue du Messie. Dès lors, Jésus restera deux jours chez eux et de nombreux Samaritains se convertiront. La Samaritaine est devenue missionnaire et elle conduit Jésus à ses frères et sœurs.


Voici, de manière schématique, le chemin qu’ouvre Jésus en la Samaritaine. Il la convertit et en fait une disciple. Chers amis catéchumènes, vous avez certainement reconnu tel ou tel aspect de votre vie dans cet échange entre Jésus et la Samaritaine. Vous aussi, Jésus veut faire de vous des missionnaires pour que vous Le conduisiez à ceux qui vous sont proches, qui vous sont chers. En vous aussi, le naturel et le surnaturel se croisent ; en vous aussi la soif de Dieu a surgi ! Vous allez entrer dans cette alliance que Dieu est venu réaliser avec nous ; ne perdez pas de vue que cette rencontre vous conduira ultimement à vous engager pour Dieu !

Aujourd’hui, vous voyez deux engagements différents : celui d’un petit garçon qui veut servir Jésus à l’autel et celui de deux frères, un peu plus avancés en âge, qui vont se mettre au service des familles en deuil, pour aider à vivre chrétiennement la mort. Vous voyez, il n’y a pas d’âge pour s’engager à suivre Jésus ! L’engagement missionnaire à la suite de Jésus est le signe que nous avons réellement rencontré le Christ, que cette rencontre a changé quelque chose dans ma vie.

Et vous, chers futurs frères de charité, vous avez accepté de répondre à un appel d’abord pour soulager et aider les personnes engagées dans la pastorale des funérailles, mais, comme la Samaritaine qui répond à un service, vous vous laissez appeler par Dieu pour devenir missionnaires et permettre à d’autres frères et sœurs de rencontrer Jésus en vérité et de vivre la mort dans une perspective chrétienne. Notre jeune confrérie est heureuse de vous accueillir en son sein. L’accompagnement des mourants, des morts et des familles en deuil fait partie des œuvres de miséricorde comme le dit l’Église. C’est une œuvre de charité. Au-delà de l’aide concrète à apporter pour le bon déroulement des célébrations, vous rencontrerez rapidement des familles endeuillées. Portez les défunts dans votre prière ; portez les familles en peine dans votre prière ; aidez-les à accueillir Jésus qui les rejoint dans le deuil comme Il l’a fait dans l’Évangile lorsqu’Il rejoint les personnes blessées. Vous devenez des instruments par lesquels Jésus va passer pour consoler, fortifier, parfois rallumer la foi. Merci d’avoir répondu « oui » à l’appel de l’Église et derrière à l’appel de Dieu ! Votre engagement permet de dynamiser la mission de l’Église et permet d’appeler d’autres à s’engager à leur tour. Dans l’Église, on ne dit pas : « Plus on est nombreux, moins on a de choses à faire », mais « Plus on est nombreux, plus on a besoin de monde ! »

Que le Seigneur bénisse chacune des personnes qui s’engage aujourd’hui ! C’est ainsi qu’une paroisse grandit et se fortifie. Amen !

28 vues

Posts récents

Voir tout

©2019 by Paroisse Saint Louis Pays de Vernon. Proudly created with Wix.com