©2019 by Paroisse Saint Louis Pays de Vernon. Proudly created with Wix.com

 
Rechercher
  • Paroisse Saint Louis

Homélie du 27ème Dimanche du Temps ordinaire


+

27ème Dimanche du Temps ordinaire

Augmente en nous la foi !



Frères et sœurs,

Nous aussi, il nous arrive dans notre vie de ressentir comme importante cette demande que font les Apôtres à Jésus : « Seigneur, augmente en nous la foi ! » Parce que la vie est parfois trop difficile, trop injuste ; parce que l’on a l’impression que l’on est submergé par les forces de mort qui habitent notre monde, comme par exemple dans des législations qui portent toujours plus atteintes aux plus vulnérables, aux plus petits, submergé par des forces de mort qui habitent aussi notre cœur. Parce que l’on ne voit pas bien comment on va pouvoir s’en sortir ou parce que nous ne voyons pas comment les choses vont pouvoir s’améliorer…

Arrêtons-nous sur la réponse de Jésus : « La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici : ‘Déracine-toi et va te planter dans la mer ; il vous obéirait.’ » Jésus nous révèle que la foi est une force qui agit au-delà des forces naturelles, qui accomplit ce que les forces naturelles n’accomplissent pas. Sur un plan symbolique, la réponse de Jésus est très claire. L’arbre symbolise la croix. La mer, les forces de mort. Dire à l’arbre d’aller se planter dans la mer, revient à inscrire la croix dans les forces de mort. Jésus évoque la puissance du mystère pascal. La foi permet de faire jaillir la Vie des forces de mort !

Dépassons maintenant cette lecture symbolique et entrons dans la réalité de ce que Jésus nous dit. Jésus nous dit que la foi tire sa puissance du mystère pascal de Jésus. C’est la puissance même de Dieu, qui se manifeste dans le triomphe de la Résurrection, qui est la source de la foi, de sa force, de son dynamisme. La foi est efficace parce qu’elle provient de Dieu et parce qu’elle tire son énergie de la Résurrection de Jésus. On peut se demander comment l’énergie de la Résurrection peut nous rejoindre nous qui vivons 2000 ans après…Comment ? par la foi ! La foi est le vecteur de cette force en même temps qu’elle tire sa force de la Résurrection.

Mais la réponse de Jésus nous apporte un élément en plus qui est inhérent à la logique de la croix : c’est que, pour que la puissance de Vie de Dieu puisse jaillir, il faut passer par la mort. Pour que Jésus ressuscite, il faut qu’Il meure. Pour que nous vivions de la vie de Dieu, il faut que nous mourions à nous-mêmes. Pour que la foi soit opérante et efficace, elle doit passer par le consentement à notre mort. La foi déploie sa force divine dès l’instant que l’homme laisse la place à Dieu.

Deux questions découlent ainsi de ce que je viens de dire sur la foi : comment mettons-nous en œuvre la foi dans notre vie de tous les jours ? et, si la foi nous conduit à laisser Dieu vivre en nous, comment nous mettons-nous au service de Dieu ? Dit autrement, notre service de Dieu dira quelque chose de notre foi.

Comment mettons-nous en œuvre la foi dans notre vie de tous les jours ? La première lecture évoque des situations de vie qui fait que nous nous interrogeons sur la présence de Dieu, sur son apparent silence dans notre monde : « Combien de temps vais-je appeler sans que tu entendes ? » L’attitude de foi consiste à être sûr de la réponse de Dieu. Le Seigneur répond dans la première lecture : « Elle (= la vision de Dieu, la réponse) tendra vers son accomplissement, et ne décevra pas. Si elle paraît tarder, attends-la : elle viendra certainement, sans retard. » La question devient donc pour nous : quel regard je pose sur une situation donnée, sur une réalité, un problème, un conflit ? Est-ce que je pose un regard exclusivement humain, avec une réflexion essentiellement humaine ? ou est-ce que je pose un acte de foi qui m’aide à chercher et à trouver la présence de Dieu, certain que, même s’Il paraît absent, Il répondra tôt ou tard. Ces deux attitudes sont complètement différentes et ont des conséquences diamétralement opposées. Regardons par exemple l’Eglise. Un regard essentiellement humain verra des rapports de force au sein même de l’Eglise, des factions, la présence d’un péché qui décrédibilise l’institution; un regard de foi verra le combat de Dieu contre le péché en vue d’une purification et d’une fécondité plus grande ! Non seulement, l’acte de foi a des conséquences heureuses et ouvre à l’espérance, mais bien plus profondément, l’acte de foi permet à Dieu d’agir au cœur de nos réalités en faisant que nous Lui laissons la place. Interrogeons-nous sur la fréquence de nos actes de foi. Est-ce que nous en posons ? la vie chrétienne appelle à poser de nombreux actes de foi. C’est ce qu’ont fait Abraham, la Vierge Marie, les Apôtres… Vous souvenez-vous de l’acte de foi ? « Mon Dieu, je crois fermement toutes les Vérités que vous avez révélées et que Vous nous enseignez par Votre Eglise parce que Vous ne pouvez ni Vous trompez ni nous tromper. »

Par ailleurs, la foi qui nous pousse à laisser Dieu agir en nous, nous conduit à nous mettre au service de Dieu. C’est le sens de la suite de la parabole de Jésus sur le serviteur inutile. Se mettre au service, c’est accepter de recevoir sa mission, c’est accepter de ne pas s’approprier telle ou telle activité ; de ne pas être au service de sa vision, de son idéologie ; c’est aussi accepter de remettre sa mission. Telle est la garantie que nous ne sommes pas à notre compte et que nous sommes réellement au service de Dieu. Parfois, nous expérimentons que le discours dit ceci, mais que les réactions révèlent autre chose, quand on agit avec calcul. A la suite de l’acte de foi, le service de Dieu implique tout en se donnant, de mourir à soi, à son amour propre, pour que ce soit l’œuvre de Dieu qui s’accomplisse et non la nôtre. Si nous enracinions davantage notre service de Dieu dans une foi vécue de manière plus juste et plus profonde, les choses seraient beaucoup plus faciles dans l’Église, et il y aurait moins de problèmes et de conflits dans les paroisses.

Demandons la grâce au Seigneur de l’affermissement et de la purification de notre foi. Amen !

9 vues