Rechercher
  • Paroisse Saint Louis

Homélie du 26ème Dimanche du temps ordinaire


+

26ème Dimanche du temps ordinaire



Frères et sœurs,


Avec la Parabole du riche et de Lazare, nous entrons dans la problématique de la vie éternelle et de notre préparation à la vie éternelle. Cette parabole nous donne quelques éléments sur la vie après la mort et sur notre manière de préparer notre vie éternelle. C’est bien ce que dit Saint Paul à Timothée dans la deuxième lecture : « Continue à bien te battre pour la foi, et tu obtiendras la vie éternelle : c’est à elle que tu as été appelé. »

Le premier élément que je retiens de cette parabole est qu’il nous faut nous garder de penser la vie éternelle à partir de notre vie actuelle, et plus particulièrement, qu’il nous faut nous garder de penser nos relations au Ciel à partir de nos relations ici-bas sur terre. Le mauvais riche se comporte dans l’Au-delà avec Abraham comme il s’est comporté ici-bas avec ses serviteurs. Il donne des ordres : « Envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraichir la langue… » Il n’a peur de rien et ne doute de rien ! Et il reprend une deuxième fois : « Eh bien, Abraham, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon Père etc… » Cela peut prêter à sourire, mais le mode de relation au-delà n’est pas le même que celui que nous avons ici-bas. Jésus évoque cette réalité lorsqu’il parle de la veuve qui, pour avoir une descendance, épousera les 10 frères. Jésus répondra que là-haut, on ne vit pas comme cela.

Il y a aujourd’hui un signe éloquent de cette réalité eschatologique, pas toujours bien comprise, qui réside dans le célibat. Le célibat n’est pas qu’une règle canonique de l’Eglise latine visant à assainir des situations conjugales devenues compliquées et pas forcément édifiantes, mais fondamentalement il est le signe du mode de relations que nous aurons les uns avec les autres au-delà de la mort lorsque nous serons devant Dieu et que nous virons les uns les autres de Dieu. Il n’y aura plus d’exclusivité, mais Dieu sera tout en tous !

Le deuxième élément que je reprends est que notre manière de vivre ici-bas détermine notre manière de vivre là-haut. S’il ne faut pas penser la vie éternelle à partir de la vie humaine, notre manière de vivre notre vie terrestre oriente et détermine notre vie éternelle. Nous voyons que le riche qui n’a eu cure du pauvre Lazare va en enfer. Il y a bien un jugement de Dieu sur la vie que nous avons menée. Alors, au-delà des clichés sur le jugement, entre le jugement de Dieu représenté sur le tympan des cathédrales qui pèse le bien de nos vies d’un côté et le mal d’un autre, et le Dieu Amour qui n’est qu’Amour et miséricorde comme on aime à le présenter aujourd’hui, ce Dieu qui pardonne tout et ne juge plus rien, que nous dit l’Eglise ?

Le Catéchisme de l’Eglise Catholique nous apprend qu’il y aura deux jugements : un jugement particulier juste après notre mort et un jugement dernier, qui interviendra lors du retour du Christ en gloire.

Le jugement particulier consiste en la rétribution immédiate après la mort, rétribution selon nos œuvres et selon notre foi. C’est dans notre âme immortelle que nous recevrons cette rétribution. L’Evangile du jour nous expose bien deux types de destinées : ou le paradis pour le pauvre Lazare ou l’enfer pour le riche. Je vous ferais remarquer au passage que d’autres paroles de Jésus expose cette double destinée : nous avons par exemple la Parole adressée au bon Larron : « Amen, je le te le déclare ; aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. » Cette rétribution s’appuiera sur l’amour que nous avons mis en œuvre dans nos vies ou que nous n’avons pas mis en œuvre.

Le deuxième jugement dont il est question est celui que l’on appelle le Jugement dernier, qui suivra juste la résurrection de tous les morts. Tout le monde ressuscitera ; certains pour la vie éternelle; d’autres pour la mort éternelle. Dans ce jugement dernier sera mise à nue la vérité de toutes nos relations par rapport à Dieu et par rapport aux autres. Dans ce jugement dernier, tout apparaîtra dans la lumière : les merveilleux desseins de la Providence, les réalités cachées de la création. La justice de Dieu qui guérit et triomphe resplendira dans chacune des créatures et anéantira l’injustice. Nous verrons le triomphe de l’amour sur la mort.

Au-delà de cette petite précision importante sur la question du jugement de Dieu, ce qui frappe c’est que l’enfer, représenté par le riche, ne rend plus possible les relations. Plus de relations avec le Paradis : le riche ne peut plus parler à Lazare ; il ne peut plus communiquer avec les siens. L’absence d’amour et de charité dans sa vie terrestre le coupe de toutes relations dans l’au-delà. La communication n’est plus possible. La communion non plus. Cet aspect nous montre a contrario que là où l’Amour et la charité sont présents, les relations et la communion sont possibles.

Cette remarque nous amène à préciser ce en quoi consiste la vie éternelle. La vie éternelle consiste à vivre de Dieu et de l’Amour de Dieu les uns les autres. C’est ce qui fonde notre nouveau mode de relation les uns avec les autres. Unis à Dieu par l’Amour, nous serons liés les uns aux autres par l’Amour, et notre communion sera parfaite. Comment préparer notre vie éternelle ? En pratiquant l’amour, la charité. Nous savons que la nature humaine, blessée par le péché originel, demeure fragile et imparfaite. Ce qui nous perfectionnera, c’est la pratique de la charité. St Jean nous dit que la pratique de la charité remet un grand nombre de fautes et de péchés. Interrogeons-nous frères et sœurs, sur notre pratique de la charité, sur notre pratique des œuvres de charité : visiter et soigner les malades, s’occuper des morts, secourir les nécessiteux, visiter les prisonniers, nourrir les affamés etc…Demandons au Seigneur la grâce d’un cœur ouvert aux souffrances et aux besoins des pauvres, pas seulement matériellement, mais aussi spirituellement. Ne laissons pas nos conditions de vie fermer nos cœurs aux détresses de ceux qui nous sont proches. Et n’oublions pas que la plus grande charité, au-delà des aides matérielles nécessaires à apporter, est de permettre de faire connaître et aimer Dieu. Amen !

11 vues

©2019 by Paroisse Saint Louis Pays de Vernon. Proudly created with Wix.com