Rechercher
  • Paroisse Saint Louis

Homélie du 1er Dimanche de l’Avent


+

1er Dimanche de l’Avent


« Prenez garde, restez éveillés ! »

Frères et sœurs,

Quelles que soient les années liturgiques, le temps de l’Avent s’ouvre toujours sur un appel profond à la prière, nous donnant ainsi la voie royale pour nous préparer à la venue du Seigneur. Ce temps de préparation nous donne justement l’occasion de réfléchir sur notre vie de prière, sur nos manières de prier et sur la dimension spirituelle de nos vies.

Lorsque nous parlons de prière, nous pensons souvent à la prière de demande, à la prière d’intercession, à la prière d’action de grâce, ou encore à la prière personnelle ou à la prière communautaire. À la lumière des textes que nous entendons, je voudrais regarder avec vous la prière sous un autre angle : la prière comme une attitude de veille par excellence. J’ai déjà dit à plusieurs reprises que le verbe latin vigilare signifie à la fois prier et veiller. Ce verbe a d’ailleurs donner son nom à une prière nocturne que l’on appelle les Vigiles. La prière est donc une attitude de veille par excellence, mais pas de veille au sens d’une vigilance par rapport à un danger, même si parfois la prière joue ce rôle, mais la veille au sens d’une attente, dans le sens d’un désir d’une rencontre que l’on attend.

Ainsi, dans la première lecture, le prophète Isaïe présente deux images de la prière. « Ah ! si tu déchirais les cieux, si tu descendais, les montagnes seraient ébranlées devant ta face. Voici que tu es descendu : les montagnes furent ébranlées devant ta face. » Ce cri du prophète est le cri de l’homme qui désire que Dieu descende du Ciel et vienne parmi nous. La prière est toujours la rencontre de deux désirs : celui de l’homme qui désire voir Dieu et celui de Dieu qui désire venir habiter chez l’homme. Prier, c’est donc permettre à Dieu d’entrer et d’agir dans notre vie comme Il l’a fait dans la vie du peuple de Dieu. Que ceux qui désirent que Dieu agisse davantage dans leur vie, prient davantage ! Pendant ce temps de l’Avent nous pouvons méditer aussi sur la prière à travers ce beau chant du Rorate Caeli qui dit à la fois le désir de l’homme de voir Dieu et d’être sauvé ainsi que la réponse de Dieu qui n’abandonne pas sa créature et vient la sauver.

La deuxième image que prend Isaïe est celle-ci : « Nous sommes l’argile, c’est toi qui nous façonnes : nous sommes tous l’ouvrage de ta main. » Prier, c’est se laisser façonner par Dieu comme l’argile par le potier. La prière est comme un acte de création continue à travers lequel Dieu continue de nous faire devenir qui nous sommes en profondeur.

Ces deux images peuvent nous aider à appréhender la prière de manière renouvelée et moins routinière. Je voudrais maintenant aborder trois petits points relatifs à la prière : la question de la régularité, la particularité de la prière d’Adoration et de la prière nocturne.

L’Évangile que nous méditons ce dimanche s’ouvre sur cette exhortation de Jésus : « Prenez garde, restez éveillés. » Comment rester éveillé ? En priant, puisque la prière est fondamentalement une attitude de veille. Mais nous faisons tous l’expérience que la prière est le lieu d’un combat : combat pour être disponible à Dieu, pour que la prière demeure vivante et ne tombe pas dans une routine, pour ne pas nous laisser gagner par les distractions, combat pour ne pas se décourager et pour rester fidèle…Pour rester fondamentalement éveillés, il faut se fixer des rendez-vous de prière de manière régulière en repensant que nous avons rendez-vous avec Dieu ! Les principaux rendez-vous sont le matin et le soir, pour remettre nos journées entre les mains de Dieu. À ce sujet, je rappelle que l’Église prie continuellement en sanctifiant le temps par ce que l’on appelle la liturgie des heures. Sur la paroisse, vous avez la chance d’avoir les Laudes et les Vêpres proposées presque tous les jours. Prier les Laudes et les Vêpres, c’est entrer dans la grande prière de l’Église qui, à la suite de Jésus, prie pour le monde. Dans ces offices-là, personne n’est seul ! Nous entrons dans la communion de l’Église en mettant notre voix dans celle de l’Église et nous permettons à Jésus de venir prier en nous. La régularité dans la prière, en s’appuyant sur la prière de l’Église, nous permet de rester éveillés et ouverts à Dieu.

Dans les différents types de prières évoqués au début de mon homélie, je n’ai pas évoqué la prière d’Adoration. Vous savez que notre paroisse met en place la prière de l’Adoration perpétuelle. Vous êtes nombreux à vous être inscrits, et nombreux aussi à souhaiter approfondir cette prière qui parfois, peut vous laisser un peu « vides ». Je vous propose alors de penser à une personne que vous aimez particulièrement. Pensez au plaisir que vous avez d’être avec cette personne, même si vous ne vous dîtes pas grand-chose. Dans l’amour, la présence avec la personne aimée suffit à combler. Vous goûtez alors combien le seul fait d’être présent à la personne aimée vous comble. Eh bien l’Adoration c’est un peu la même chose. Pensez que Jésus nous aime infiniment et qu’Il se réjouit que nous prenions un temps pour être présent à Lui. Ce temps est un temps de présence gratuite où l’on vient à Jésus pour lui-même, pas forcément pour demander, intercéder, pour rendre grâce. Bien sûr, tout cela peut être fait. Mais, la seule et simple présence, le simple fait d’offrir et de donner gratuitement un peu de son temps suffit. Dans l’Adoration, il faut être simple et humble. C’est cette simplicité que Dieu aime et qu’Il vient combler.

Enfin un mot de la prière nocturne, dont j’ai déjà eu l’occasion de parler une fois ou l’autre. Dans l’Adoration perpétuelle, il y a 3 nuits de prévues…et l’on peut encore trouver du monde pour combler quelques trous. La prière nocturne est la prière de veille par excellence. Toutes les grandes oeuvres de Dieu s’accomplissent de nuit, quand l’homme ne maitrise plus et qu’il s’abandonne. La nuit, lorsque l’on voit moins bien, on entend mieux ; et on entend mieux Dieu nous parler. La prière la nuit, même si elle coûte, est une prière plus facile, plus féconde parce que l’homme se laisse rejoindre plus facilement par Dieu. Et puis, il est beau de prendre ce temps pour Dieu quand tout le monde dort. Les chrétiens ont aussi pour mission de rendre notre monde présent à Dieu lorsque notre monde s’assoupit. De plus, en faisant venir Dieu dans nos nuits, nous appelons déjà la Lumière de sa Résurrection sur notre monde et nos existences. N’hésitons pas à faire le pas et à goûter la prière nocturne.

Une vie de prière régulière, en s’aidant de la prière de l’Église, nous aidera à faire de nos vies des vies ouvertes, disponibles à Dieu et des vies éveillées. Je voudrais terminer en évoquant deux autres aspects de notre vie qu’il convient aussi d’intégrer dans notre vie spirituelle : notre vie quotidienne, naturelle et notre participation à la messe.

Ces derniers temps, nos vies quotidiennes ont été bouleversées. Nous savons que les épidémies, les épreuves ont toujours été des temps de purification, de retour à Dieu, de conversion. Nos liens aux sacrements ont été éprouvés ainsi que notre lien à l’Église. Comment vivons-nous ces changements ? bien sûr, nous les subissons. Mais, est-ce qu’au-delà, nous les laissons descendre et retentir en nous pour voir les conversions et les appels que Dieu nous lance ? Si nous avons ressenti un manque des sacrements, nous n’avons aucun droit sur les sacrements, ni sur la Communion. Est-ce que ces manques ont aiguisés en nous un désir plus grand de les recevoir ? Nous ont-ils fait quitter une certaine routine ? Nous ont-ils rendus plus humble devant Dieu ? De même pour notre lien à l’Église. Trop souvent, notre rapport à l’Église, à la paroisse, est marqué par des clans, des cancans, des ragots, des forces d’opposition, en tout cas pas toujours par la charité. N’y a-t-il pas un appel à la conversion là-aussi ? Tous ces évènements, liés à notre vie religieuse, mais aussi à d’autres aspects de notre vie (je pense ici avec le confinement à la vie familiale, à la vie professionnelle) doivent être intégrés à notre vie de prière qui, seule, peut nous permettre de tout remettre dans les mains de Dieu pour en recevoir le sens profond. C’est cela la vie spirituelle.

De même, notre participation à la messe doit être intégrée à notre vie de prière. La messe est le lieu où s’exprime notre désir de Dieu en même temps qu’elle est le lieu où Dieu se donne, les deux désirs se rencontrant au plus haut point dans la Communion eucharistique. Nous préparer à recevoir Dieu à la messe, spirituellement, corporellement, est aussi une manière de nous tenir éveillés et de nous préparer à la rencontre ultime avec Dieu.

Que la Sainte Vierge, grande figure du Temps de l’Avent, nous aide à faire de notre vie de prière une veille de notre cœur pour attendre, rencontrer et accueillir le Seigneur. Amen !

17 vues

Posts récents

Voir tout

Carême : Lettre de notre Evêque

Aux prêtres, diacres, communautés religieuses, Services et mouvements …. Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Nous entrons prochainement dans le temps du carême. Un temps de conversion et de purifi

©2019 by Paroisse Saint Louis Pays de Vernon. Proudly created with Wix.com