Rechercher
  • Paroisse Saint Louis

Homélie du 1er Dimanche de Carême


+

1erDimanche de Carême

« Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. »


Frères et sœurs,

Le temps du désert est le temps du combat spirituel. Cela l’a été pour les Hébreux au désert ; cela l’est pour Jésus. Cela l’est aussi pour nous. L’Evangéliste St Matthieu nous apprend que Jésus livre ce combat après son baptême. Dit autrement, le combat spirituel fait partie de la vie baptismale, de l’ordinaire de la vie chrétienne. Dit encore autrement : il n’y a pas de vie chrétienne, de vie baptismale sans combat et plus particulièrement sans combat contre le démon. Mais, qui dit combat contre le démon ne dit pas forcément infestation ou possession démoniaques. Ces deux derniers types d’attaque nous font sortir de l’ordinaire du combat spirituel : nous entrons alors dans une réalité spirituelle, psychologique et physique plus compliquée qui nécessite ici l’aide d’un exorciste. Sans entrer dans ces cas particuliers qui existent, l’ordinaire de la vie chrétienne fait place au combat contre le démon, qui se manifeste par des tentations, c’est ce que l’on appelle le combat spirituel.

Les textes de ce jour, en l’occurrence la première lecture et l’Evangile, nous donnent quelques indications sur le mode opératoire du démon. Il est le prince du mensonge, de l’illusion. Il travestit et pervertit la Parole de Dieu en la détournant de sa finalité. Lorsqu’il va voir Eve, il détourne la Parole du Seigneur : « Alors, Dieu vous a vraiment dit : ‘Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin’ » ? Pour ceux qui connaissent la Bible, nous savons que Dieu a dit : « Tu peux manger de tous les arbres du jardin, mais l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas, car sinon tu mourras. » Il détourne la Parole de Dieu…comme il le fait avec Jésus dans l’Evangile notamment lors de la deuxième tentation où il va citer l’Ecriture, mais pour la détourner à son profit. Il insinue une distance avec Dieu cherchant à abîmer la relation entre Dieu et l’homme : « Alors, Dieu a vraiment dit… » ? Comme si Dieu avait voulu tromper l’homme. Et puis, il met la division là où il y a l’unité. Voici quelques caractéristiques qui nous permettent de le repérer dans notre vie.

Aujourd’hui, je vous propose en ce dimanche de méditer sur la première des tentations de Jésus au désert : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Je vous propose 3 lectures de cette tentation.

La première se base sur le début de la tentation : « Si tu es le Fils de Dieu ». Bien sûr, nous savons que Jésus est le Fils de Dieu. Il est Fils de Dieu et fils de l’homme. Jésus a les 2 natures. En mettant en cause sa divinité, le démon provoque Jésus dans son identité profonde et l’incite à prouver qu’Il est Dieu. Bien que de nature divine, c’est sa nature humaine qui lui fait sentir qu’Il a faim au terme de ces 40 jours dans le désert. En l’incitant à utiliser sa divinité pour ne pas assumer sa faim, sa finitude, (« ordonne que ces pierres deviennent des pains »), le démon cherche à ce que Jésus n’assume plus correctement son humanité avec ses faiblesses, ses fragilités. Or, si Jésus utilisait le pouvoir de sa divinité pour échapper aux limites de son humanité, qu’adviendrait-il lorsqu’Il sera sur la croix ? Il pourrait faire de même et quitter la croix. Et ainsi, c’est tout le mystère de la Rédemption qui s’écroulerait. Voilà le piège du démon. Mais Jésus assume jusqu’au bout son humanité et Il refuse d’utiliser la puissance de sa divinité pour s’échapper. Notons au passage que le démon, en procédant ainsi, cherche à diviser Jésus au plus profond de lui-même ; il cherche à opposer sa divinité à son humanité. St Paul a très bien compris l’enjeu du mystère de l’Incarnation et du mystère de la Rédemption, lorsqu’il écrit dans la deuxième lecture cette sorte de synthèse : « De même que par la désobéissance d’un seul être humain la multitude a été rendue pécheresse, de même par l’obéissance d’un seul la multitude sera-t-elle rendue juste. » La première tentation de Jésus vise à mettre en échec sa mission de Rédempteur.

« Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Derrière la tentation proposée à Jésus d’utiliser sa divinité pour s’affranchir des limites de l’humanité qu’Il est venu assumer, se cache une autre tentation : celle d’utiliser Dieu quand nous en avons besoin, celle de se faire un Dieu qui réponde à ses désirs, à ses besoins, et de ce fait, se cache la tentation de se faire un Dieu à son image. Et voyez-vous, cette tentation est subtile, parce qu’au début, elle ne conteste pas forcément l’existence de Dieu, comme par exemple l’épisode du Veau d’or, qui lui, nie l’existence de Dieu. Mais à terme, elle fausse notre relation à Dieu, en le faisant dépendre de nous. Or, le propre d’une relation vraie est de découvrir l’autre tel qu’il est, et non d’instrumentaliser l’autre selon mes besoins ou mon moi. Pour lutter contre cette tentation bien humaine, car c’est l’objet de toute une vie que de purifier et de progresser dans une vision plus juste de Dieu, il faut nous laisser interpeller et travailler par l’aspect toujours différent, toujours autre, que prend Dieu lorsqu’Il se manifeste dans nos vies ou bien lorsqu’Il se manifeste directement, ou bien indirectement, à travers d’autres frères et sœurs chrétiens. C’est précisément ici que la vie en Eglise est formatrice : les autres nous révèlent tous et toujours quelque chose de différent de Dieu. Est-ce que nous acceptons d’être bousculés, parfois remis en cause, dans notre propre vision de Dieu ? Nous ne sommes pas le point de départ de notre relation à Dieu : c’est Lui qui l’est.

« Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Nous pouvons encore lire cette tentation comme la tentation d’étouffer la faim naturelle de Dieu que tout homme a en lui, de l’étouffer avec d’autres nourritures. Ce qui semble permettre cette lecture est la réponse de Jésus au diable : « Mais Jésus répondit : ‘Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.’ » Jésus nous redit que l’homme se nourrit de la Parole de Dieu et pas seulement de nourriture humaine. Le temps du Carême est le temps propice pour voir quelles nourritures terrestres prennent la place de la nourriture divine. Jésus nous rappelle que l’homme a une âme qui doit aussi être nourrie et que la Parole de Dieu est une nourriture. Satan propose à Jésus d’étouffer la faim de Dieu par la nourriture humaine. Dans la première lecture, il proposait le fruit défendu à manger pour faire perdre la grâce de l’innocence. On se souviendra également qu’Esaü avait vendu son droit d’aînesse pour un plat de lentilles. Symboliquement, le message est clair : il préférait les choses terrestres aux choses spirituelles. Que Judas a perdu son rang d’Apôtre pour une bouchée…Derrière ces différentes manifestations se cache la même réalité : est-ce que nous nous nourrissons de Dieu ? Est-ce que nous nous souvenons que nous avons-nous aussi une nature spirituelle par notre âme ?

Frères et sœurs, je terminerai par cela : la prière est aussi le lieu d’un combat spirituel. Qui ne s’est jamais interrogé sur la qualité de sa prière parce que son esprit, quand nous commençons à prier, s’évade, part ailleurs ? Qui n’a jamais fait l’expérience qu’au moment où nous avons prévu de prier, mille sollicitations viennent à nous et prennent souvent un caractère urgent ? C’est normal. Tout ce qui nous conduit à Dieu est le lieu d’un combat. Notre lien à la Parole de Dieu est aussi le lieu d’un combat. Vous savez qu’en Hébreu le mot dabarsignifie à la fois le désert et la Parole. Lorsque Jésus combat au désert, Il combat aussi sur le terrain de la Parole de Dieu ; nous le voyons à travers les attaques du démon qui utilise la Parole de Dieu pour la détourner de sa finalité. Pendant ce temps de Carême, soignons nos temps de prière ; déjouons les attaques du démon qui vient nous détourner de ces temps de rencontre avec le Seigneur, et jeûnons de toutes ces faims artificielles, de compensation, qui viennent étouffer en nous la faim de Dieu. Amen !

10 vues

©2019 by Paroisse Saint Louis Pays de Vernon. Proudly created with Wix.com