top of page
Actualités de la paroisse: Blog2

Homélie du 1er Dimanche de Carême


+

 1er Dimanche de Carême

« Voici que moi, j’établis mon alliance avec vous, et avec tous vos descendants. »

 

Frères et Sœurs,

 

            Traditionnellement, le premier dimanche du carême aborde toujours la question des tentations de Jésus au désert. Cette année, nous méditons cet épisode sous la plume de Saint-Marc, un des évangélistes les plus concis. L’épisode rapporté dans son Évangile peut se résumer en trois temps : baptême de Jésus, désert, ministère de Jésus. Il nous apparaît alors que le récit des tentations au désert, bien davantage développé chez Saint Mathieu et Saint Luc, se trouve dans la version selon Saint-Marc enchâssé entre le baptême et la mission de Jésus. Cela veut dire que le combat spirituel comme la mission sont les fruits du baptême et découlent du baptême.

 

            Le premier enseignement que nous pouvons en tirer est que la réalité du combat spirituel est liée au baptême et constitue par conséquent une dimension importante de notre vie chrétienne. La première lecture évoquait la première alliance que Dieu a conclue avec l’humanité par l’intermédiaire de Noé. La création sauvée des eaux du déluge par Noé est une image du baptême qui nous sauve du péché et de la mort. Comme je le disais Mercredi dernier en entrant dans le carême, le temps du Carême est le temps propice au renouvellement de notre alliance avec Dieu en Jésus. Le point final du carême sera le renouvellement de nos promesses baptismales lors de la vigile pascale où nous ré-accueillerons la puissance de vie divine qui s’est manifestée dans la Résurrection de Jésus.

 

            Frères et sœurs, la vie baptismale est une vie de combat contre le mal sous toutes ses formes. On appelle généralement ce combat le combat spirituel. Il est clairement mené contre notre nature, marquée par le péché originel et par le péché que nous commettons, mené contre le mal, et mené contre le démon. Je voudrais saisir l’occasion de ce premier dimanche de carême pour aborder un petit peu avec vous la question du démon parce qu’à force de ne plus du tout en parler, beaucoup de fidèles chrétiens se trouvent démunis et n’ont pas les armes nécessaires pour lutter de manière juste contre lui.

Il faut tenir un premier principe qui est que le démon existe, et qu’il oscille sans arrêt entre deux extrêmes, passant de l’un à l’autre, pour mettre la confusion et déstabiliser les gens : il fait croire ou bien qu’il n’existe pas, ou bien qu’il est tout-puissant. En fait il existe, et il n’est pas tout-puissant, n’étant qu’une créature de Dieu qui n’a pas de facultés supérieures à celles de Dieu.

On distingue généralement 3 degrés d’attaque du démon. Il y a tout d’abord un premier degré tout à fait normal et ordinaire, que l’on appelle le combat spirituel. C’est ce que nous vivons tous les uns et les autres. Il se manifeste par exemple lorsque nous voulons prier, ou lorsque nous commençons à prier, et que notre esprit, alourdi par notre nature, s’échappe, passe à autre chose, oublie qu’il s’est consacré à la prière. Il se manifeste encore lorsque nous voulons prendre un temps de prière, et que soudainement, vont survenir plein d’autres idées de choses à faire avant de prier. Il se manifeste encore dans le péché que nous commettons, induit par le démon qui se débrouille pour passer par notre liberté et nous pousser à pécher. C’est là que se situe précisément le combat : utiliser notre liberté pour résister au démon. Mais pour cela, il faut savoir le reconnaître et le débusquer. Et une fois que cela est fait, généralement, les choses s’arrêtent, car le démon agit de manière privilégiée dans les ténèbres, lorsqu’il n’est pas mis en lumière. Contre ce premier degré d’embêtements, il faut avoir une vie chrétienne soutenue : prier, se confesser, communier, et fortifier sa foi par l’enseignement de l’Église.

C’est ici frères et sœurs qu’il faut aussi placer le combat spirituel que vivent tous les catéchumènes, ou tous ceux qui ont des décisions à prendre par rapport à Dieu ou par rapport à l'Église. Généralement, dans ces périodes-là, le démon sait nous embêter pour entraver notre marche vers Dieu. Et ceci est à ce point vrai, que l’Église a prévu trois prières particulières que l’on appelle des scrutins, à destination des catéchumènes, justement pour les renforcer et les aguerrir dans leur cheminement vers le baptême. Nous les vivrons les troisième, quatrième et cinquième dimanche de Carême.

Le deuxième degré d’embêtements du démon est ce que l’on appelle l’infestation. D’une manière ou d’une autre nous avons, consciemment ou inconsciemment, ouvert une porte au démon. La plupart du temps cela fait suite à une pratique ésotérique, d’occultisme, de spiritisme, de voyance, de magie noire ou blanche. Ces infestations peuvent être contractées de manière directe, c’est-à-dire que c’est moi qui ai commis un acte qui entraîne l’infestation, ou de manière indirecte, c’est-à-dire que je me laisse toucher par la pratique d’un proche. Le symptôme le plus généralement connu est une perturbation dans l’exercice de la prière, dans la relation à Dieu ainsi que dans des peurs incontrôlées ou de l’aversion pour les réalités sacrées. Mais ce qui est important, c’est que notre liberté demeure intacte, même si elle est attaquée. C’est ce qui constitue la différence avec la possession. Pour se libérer des infestations démoniaques, il faut reprendre une hygiène de vie chrétienne solide, c’est-à-dire prière, confession, communion, et avoir recours aux prières de délivrance ou de libération que l’Église pratique. Généralement cela suffit et les choses rentrent dans l’ordre tout à fait naturellement. Et bien sûr, il faut arrêter toutes les pratiques occultes évoquées plus haut.

            Le troisième degré d’embêtements du démon est la possession. En fait ces cas sont très rares, mais ils existent. La plupart du temps, le démon fait croire aux personnes qu’il embête qu’il les possède afin de les déstabiliser et de les perdre encore plus. C’est là qu’il faut se souvenir que le démon est le prince du mensonge et qu’il fait croire à des réalités qui ne sont pas vraies. Lorsqu’une personne est possédée, il faut recourir à un prêtre exorciste.

Frères et sœurs comme c’est une réalité que nous n’abordons pas trop souvent, il m’a semblé intéressant et judicieux avec mon équipe pastorale d’inviter un exorciste pour venir vous parler plus en détail de toutes ces choses-là. Il viendra donner une conférence à la collégiale de Vernon le Vendredi 15 mars à 20h. N’hésitez pas à le faire savoir autour de vous.

 

 

            Je voudrais maintenant revenir au combat que Jésus a mené au désert. Il en a été vainqueur. Et la victoire qu’il a remportée est le gage de la victoire de Dieu sur le mal et sur la croix que nous fêterons à Pâques. Le cœur de l’homme est aussi le lieu d’un combat entre des forces de vie et des forces de mort, entre des aspirations vers Dieu et des tentations induites par le démon. Si l’homme n’a pas personnellement la capacité de triompher seul de ses combats, il obtient la victoire par la communion qu’il construit et qu’il a avec Jésus, qui lui, en a triomphé.  Une personne qui pense gagner d’elle-même un combat contre le démon a déjà perdu. Une personne qui s’unit à Jésus dans un combat contre le mal ou le démon a déjà gagné. La communion avec Jésus, en plus du fait de nous apporter déjà la victoire dans nos combats, permettra aussi de faire jaillir la vie de nos croix, des obstacles, ou des épreuves. Telle est la force du christianisme : rendre fécondes nos épreuves, nos obstacles, faire jaillir la vie de nos lieux de mort. Or seul Jésus peut apporter cela.

 

Frères et sœurs profitons de ce temps de carême pour travailler à notre conversion en développant davantage notre communion avec Jésus. Profitons de ce carême pour combattre avec Jésus notre péché, pour choisir en toute chose et en toute circonstance le bien. Ainsi fortifiés, nous pourrons, comme Jésus à la suite des 40 jours qu’il a passés au désert, être des missionnaires fortifiés et aguerris. Amen !

21 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


Ancre 1
bottom of page