Homélie du 16ème Dimanche Temps ordinaire


+


16ème Dimanche Temps ordinaire


« Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »


Frères et sœurs,

L’Évangile du jour nous invite à réfléchir sur la prière, qualifiée de « meilleure part ». Nous savons que la prière est nécessaire au chrétien ; bien plus, nous savons qu’elle est vitale ; un chrétien qui ne prie pas est un chrétien qui ne respire pas et dont la vie, divine, va s’étouffer. Mais la prière est pour chacun de nous le lieu d’un combat : combat pour être fidèle, combat pour sortir de soi et pour vraiment rencontrer Dieu, combat pour mettre la prière en premier. Et au sein même de la prière, combat pour rencontrer Dieu et non pour tourner autour de son « moi ». C’est exactement ce que nous montre l’Évangile du jour. Le texte nous dit que Marthe et Marie accueillent Jésus chez elles, ce qui d’une certaine manière est vrai. Mais, en entrant dans le sens profond du texte, nous nous rendons compte que c’est en fait Jésus qui accueille Marie, qui se met à son écoute, alors que Marthe va passer à côté de cet accueil. Il y a en fait un renversement qui nous dit ce qu’est en profondeur la prière. Alors que nous nous mettons en prière, c’est en fait Dieu qui vient à nous, qui se donne à nous. Dans la relation avec Dieu, relation inégale par nature, c’est toujours Dieu qui dans le fond, alors que nous n’en avons même pas conscience, c’est toujours Dieu qui a l’initiative et qui agit. Prier consiste en fait à laisser Dieu agir en nous. La prière est le mode principal d’action et d’habitation de Dieu en nous. Marthe est gentille : elle veut bien accueillir Jésus, elle veut que tout soit bien pour Lui, et on peut la comprendre. Mais, elle passe à côté de la véritable rencontre.

Notre prière doit donc vraiment être tournée vers Dieu et non vers nous : elle doit nous faire passer de nous à Dieu. Il faut chercher Dieu dans la prière ; il faut Le laisser se manifester, se révéler dans le silence du recueillement et dans l’écoute intérieure de son être.

Je voudrais relever trois effets de la prière : elle permet l’unification, elle permet la création, elle est source de fécondité.

La prière permet l’unification de notre être et de notre vie. C’est un peu comme si, au fur et à mesure de notre vie, nous recevions dans un certain ordre (qui n’est pas un ordre logique pour nous), comme si nous recevions des pièces d’un puzzle qu’il nous revient de faire en voyant comment telle ou telle pièce s’emboîte avec telle ou telle autre. Et au fur et à mesure de ce puzzle, de cette construction, nous voyons se dessiner une réalité qui est celle à laquelle Dieu nous invite. Ce travail d’unification se fait dans la prière où nous recevons et apprécions ce que Dieu nous donne et où nous essayons d’en comprendre la logique interne. Cette étape correspond à ce que Marie a vécu lorsque l’évangéliste nous dit : « Elle gardait et méditait tous ces évènements dans son cœur. »

La prière permet aussi de faire de nous des créatures nouvelles. Nous savons que la Parole de Dieu a la particularité d’être créatrice. Tout naît de la Parole divine : le monde, la nature, nous-mêmes. La prière, étant un contact privilégié avec la Parole de Dieu, continue donc de nous créer. Par la prière, nous devenons celui ou celle que Dieu veut nous faire devenir. Une prière vraie change toujours quelque chose en nous, même si ce quelque chose n’est pas visible à l’œil nu.

Enfin la prière est source de fécondité. Je m’appuie sur la première lecture : sans le savoir, Abram et Sara accueillent trois hommes chez eux. Ces trois hommes, qui tantôt ne deviennent plus qu’un seul, puis redeviennent trois sont une image de Dieu à la fois un et trine. À la fin de visite, les trois visiteurs annoncent à Abram que l’année prochaine lorsqu’ils repasseront, Sara sera enceinte. Le message est clair : celui qui accueille Dieu chez lui portera du fruit, et ce, même au-delà de ce que la nature permet (Abram et Sara étaient âgés et Sara stérile). La même fécondité surnaturelle est promise à ceux qui accueillent dans leur être Dieu ; la même fécondité surnaturelle est promise à ceux qui prient.

Alors frères et sœurs, soignons notre prière ; soyons fidèles à Dieu dans la prière. Prions personnellement : il s’agit de notre relation personnelle avec Dieu. Une absence de prière personnelle avec Dieu est une absence de relation personnelle avec Dieu. Prions, priez en famille. Vous les parents, vous êtes les premiers responsables de l’éducation chrétienne de vos enfants. C’est à vous qu’il revient de leur apprendre les prières et de leur apprendre à prier. Priez le soir en famille pour remettre votre journée entre les mains de Dieu, pour demander pardon pour les manques d’amour ou pour les offenses, pour confier ceux qui ont recours ou ont besoin de notre prière, pour rendre grâce à Dieu de ce qu’Il vous a donné, pour chercher à voir et comprendre sa volonté.

Et puis prions avec l’Église : participons à la prière de l’Église avec d’autres, confiants en la Parole de Jésus : « Lorsque deux ou trois sont réunis en mon Nom, Je suis là, au milieu d’eux. » Prions le chapelet, les offices des heures qui peuvent être proposées, participons aux Vêpres et Salut du St Sacrement qui peuvent être proposés sur la Paroisse. Et intégrons toujours dans notre prière le Notre-Père, la prière par excellence que Jésus nous a enseignée et la Sainte Vierge, Mère de notre foi.

Enfin, à l’occasion de l’entrée d’un nouveau frère de charité dans la confrérie, je m’adresse plus particulièrement à tous ceux qui rendent un service paroissial : catéchisme, équipe de préparation au baptême, au mariage, équipe funérailles, Frères de charité, équipe caritative : prenez garde à ne pas être que des Marthe. Merci pour ce que vous faîtes, pour mettre la main à l’ouvrage ; merci pour les services rendus, mais n’oubliez pas d’être d’abord des Marie. Priez pour les personnes que vous accompagnez, que vous allez rencontrer, que vous avez rencontrées. Remettez-les à Jésus et à Marie C’est notre première mission : « Marie a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée. » Laissons-nous d’abord accueillir par Jésus avant d’accueillir les autres. Amen !

22 vues

Posts récents

Voir tout