top of page
Actualités de la paroisse: Blog2

Homélie du 14ème Dimanche du temps ordinaire

Homélie en langue bretonne. La traduction française se trouve plus en bas dans la page



14vet Sul ar bloaz

 « Eur profet ne vez disprijet nemet en e vamm-vro, en e gerentiaj hag en e di be-unan. »

 

 Ma breudeur ha ma c’hoarezed kristen


             Ispisial eo goulenn selaouerien Jezuz er zinagogenn. Kregiñ a ra gant ur goulenn a seblant bezañ digor : « Eus pelec’h e teu dezhañ kement-se ? » a lavar an dud. Hag e lavar deomp Sant Mark « Kalz a dud ouzh e gleved a chome sebezet. » Hag e-pad ma prederont, e weler o c’houlennoù o serriñ en-dro warno : « Daoust ha n’eo ket eñ ar c’halvez, mab Mari, breur da Jakez, da Jozef, da Jud ha da Zimon ? Daoust ha n’emañ ket ivez e c’hoarezed, amañ, en on-touez?” Ha Sant Mark da glozañ : « Hag e oant skoillet drezañ. » Amañ hon eus skouer ur goulenn hag a seblant digor met a zeu tamm ha tamm  da vezañ direizh hag a serr war an hini a c’houlenn anezhi.

            Ma breudeur ha ma c’hoarezed, goulennoù a zo a laka ac’hanomp da vezañ toullbac’het e gwirionez peogwir o deus o-unan evit kreiz. Da skouer, piv ac’hanomp n’en deus ket bet tro da gavout un den hag en deus gouzañvet koll un den karet e-barzh

ur gwallzarvoud, ha piv a c’houlenn petra a dalv ar gwallzarvoud-se? Bez’ez eus goulennoù nac’hus hag a zisturj an den. Er Skritur, morse n’en deus Jezuz displeget an droug en doa kavet ha stourmet outañ.  D’an hirañ e ra Jezuz ul liamm-orin etre an droug  hag ar pec’hed, met n’ez a ket pelloc’h. « Ur profet ne vez disprijet nemet en e vamm-vro, en e gerentiaj hag en e di e-unan. » Dre ar c’homzoù-se, e lavar Jezuz deomp c’hoazh  eo ret an allded d’an den evit ma c’hello n’eo ket hepken en em gompren, met ivez bevañ. Un touell eo krediñ eo emren an den. Dija, dre natur, an den a resev ar vuhez, ne ro ket anezhi dezhañ he-unan. Hon bezañs, krouet diwar skeudenn Doue, a ra ac’hanomp bezañs merket gant an all. Unan eus roudoù an Drinded Santel e traoñ kalon mab-den eo. Dont a ra an den da vezañ e-unan a-drugarez d’ar re all, da gentañ a-drugarez Doue. Aviel an deiz a ziskouez deomp skouer un anaoudegezh fals. Ar selaouerien er zinagogenn a soñj dezho anavezout Jezuz, met stagañ a reont anezhañ ouzh e denelezh : mab Mari eo, mab ar C’halvez, breur Jakez, Jozef, Jud ha Zimon.

 

Biskoazh ne welont Jezuz en e identelezh don evel Mab Doue. Setu perak ne c’hell ober burzhud ebet. An aoudegezh-mañ fals a zo beskellet peogwir eo ar selaouerien troet evit gwir daveto. N’eo ket gwir o digoradur. Fals eo o anaoudegezh. Breudeur ha ma c’hoarezed bezomp war evezh ouzh ar pezh a soñjomp e ouzomp diwar-benn an dud. Alies e c’hellomp mankout ar pezh a zo e-barzh un den. Ur c’hras eo  goulenn en hor pedenn gallout bezañ digor e gwirionez ouzh ar re all. Met e c’hellimp ma omp digoret e gwirionez da Zoue. Bez’ ez eus ivez tud hag a implij Doue evit o-unan, met n’int ket digor dezhañ tamm ebet evit gwir.

 

            Jezuz en deus bevet ar ouiziegezh fals-se hag ar serr-kalon-se. Meur a wech e c’houzañvas : gant ar farizianed hag ar skribed, gant un niver bennak a Yuzevien. Al lennadenn gentañ a adlavaras ivez kefridi ar profed Ezekiel d'an hini en deus lavaret Doue e oa o kas anezhañ d'ur bobl emsavet : « Mab an den, kas a ran ac'hanout da gavout mibien Israel, d'ur bobl emsavet hag a zo bet emsavet a-enep din. » En he misionerezh, an Iliz a vev ive ar serr-galon-se, eus ar re a gred e ouzont gwelloc’h eget ar re all, hag a vank e gwirionez ar pezh a gas pe a ro Doue dezho. A-wechoù he deus an Iliz emglev gant ideologiezhioù ar bed, o klask o lakaat da dalvezout er pastorelezh. Amañ ivez e c'houzañvomp ur serriñ kalon ouzh Doue hag ouzh ar re all. Gwelet a reomp, ouzhpenn-se, n'eus bet roet frouezh ebet, galv ebet gant an emdroadurioù ideologel-se. Met dirak ar c'hlozadurioù- gallon-se, e ped Jezuz ac'hanomp da gendalc’h. Doue a lavaras el lennadenn gentañ d'ar profed Ezekiel : « Pe e selaouint pe ne selaouint ket - mallus eo evit an emsaverien - e ouiint ez eus ur profed en o c'hreiz. » Pedet omp da vezañ dalc’hus, da vezañ misionerien, da vezañ frank ha da chom hep dalc’h kont eus degemer  dud gant piv e chomomp pe da bere omp kaset.

Breudeur ha C'hoarezed, meur a wech en hor buhez e c'houlennomp hag-eñ e tleomp lavarout pe ober un dra bennak rak n'omp ket sur eus an disoc'h ha goulenn a reomp hag-eñ e talv ar boan. Soñjal a ran eo mat atav ober ar pezh a soñjomp e tlefemp ober, ne vern peseurt disoc'h e vefe, rak ma ne reomp ket, e c'hellfemp lavaret deomp hon-unan goude-se: “Ha ma vije bet graet un dra evel-se ganin, marteze e vije bet cheñchet…” Peseurt diaesterioù bennak e vefe er gefridi, er familh, en darempredoù, en Iliz, Doue en deus bepred frouezhusaet hor fealded, hor wirionez hag hor c'houzañv.

 

Ha dont a ran betek poent diwezhañ ma freder, diwar an eil lennadenn. Sant Paol hag en deus resevet kalz a c’hrasoù, a vevas goulioù pe amprousioù en e vuhez pere a gasas anezhañ da vezañ izelek. Dont a ra a-benn da lavarout eo en e wander e laka an Aotrou anezhañ da vezañ kreñvoc'h. Eno emañ alc’hwez ar gwir uvelded : asantiñ d’hor paourentez, he c’hinnig da Zoue, lezel anezhañ da profañ anezhi. Doue a gar diskouez e c’halloud hag e frouezusted er baourentez. Gant ar baourentez a c’hellomp kaout, personel, denel, en ho peadra, e vo anat ne vo ket deomp al labour kaset da benn met hini Doue. Ret eo deomp tizhout an uvelded, bezañ binvioù etre daouarn Doue, ha deomp ket da vezañ ar re a oar en anv Doue pe, gwashoc’h c’hoazh, ar re a oar evit Doue.

 

Breudeur ha c'hoarezed, kemeromp perzh en hor c'henemglev gant Doue dre bedenn en ur c'houlenn digantañ bezañ digor don  Dezhañ evit bezañ digor d'ar re all ha dre-se anavezout ha degemer Doue en dud all. Amen !

 

  

 

 

+

14ème Dimanche du temps ordinaire

« Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. »

 

Frères et Sœurs,

 

            Le questionnement des auditeurs de Jésus à la synagogue est particulier. Il commence avec une interrogation qui a l’air ouverte : « D’où cela lui vient-il ? » Et St Marc nous dit qu’« ils étaient frappés d’étonnement ». Et nous voyons au fur et à mesure de leur réflexion leur questionnement se refermer sur eux : « N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et Saint-Marc de conclure : « Et ils étaient profondément choqué à son sujet. » Nous avons ici l’exemple d’un questionnement qui a l’air ouvert mais qui, au fur et à mesure de son déroulement, se pervertit et se referme sur la personne qui le pose.

Frères et sœurs, il y a des questionnements qui en réalité nous enferment parce qu’ils ont pour centre notre propre moi. Par exemple, qui ne n’a jamais rencontré une personne ayant subi la perte d’un être cher dans des conditions catastrophiques, un accident, et qui s’interroge sur le sens la raison de cet accident ? Il y a des questionnements qui ne construisent pas, qui enferment et qui auto-détruisent. Dans les Écritures, Jésus ne s’est jamais lancé dans de grandes explications sur le mal qu’il a rencontré et qu’il a combattu. Tout au plus, dessine-t-Il un lien originel entre le mal et le péché, mais Jésus ne s’aventure pas plus loin. « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » À travers cette parole, Jésus nous redit que l’altérité est nécessaire à l’homme pour qu’il puisse non seulement se comprendre, mais plus fondamentalement vivre. C’est un leurre de croire que l’homme s’auto suffit à lui-même. Déjà de manière naturelle, l’homme reçoit la vie, il ne se la donne pas. Notre être, créé à l’image de Dieu, fait de nous des êtres marqués par l’altérité. C’est une des traces de la Trinité au fond du cœur de l’homme. L’homme devient lui-même grâce aux autres, en premier lieu grâce à l’autre qui est Dieu, et grâce aux autres en général. L’Évangile nous montre l’exemple d’une fausse connaissance. Les auditeurs dans la synagogue croient connaître Jésus mais ils l’enferment dans son humanité : il est le fils de Marie, le fils du charpentier, le frère de Jacques, de José, de Jules et de Simon. À aucun moment Jésus n’est perçu dans son identité profonde de Fils de Dieu. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Il ne peut faire aucun miracle. Cette fausse connaissance est biaisée parce que les auditeurs sont en réalité autocentrés. Leur ouverture n’est pas vraie. Leur connaissance est faussée. Frères et sœurs, méfions-nous de ce que nous croyons connaître des gens. Il peut nous arriver de passer à côté de ce qu'est une personne au plus profond d’elle-même. C’est une grâce à demander dans notre prière, de pouvoir être ouvert en vérité aux autres. Mais nous le pourrons, si nous sommes ouverts en vérité à Dieu. Il y a aussi des gens qui se servent de Dieu pour leur propre moi, mais qui en fait ne sont pas du tout ouverts à Lui.

 

Jésus a fait l’expérience de cette fausse connaissance et de cette fermeture de cœur. Il l’a expérimenté à de nombreuses reprises : avec les pharisiens et les scribes, avec un certain nombre de Juifs. La première lecture se faisait également l’écho de la mission du prophète Ézéchiel à qui Dieu disait qu’il l’envoyait auprès d’un peuple rebelle : « Fils d’Homme, je t’envoie vers les fils de Israël, vers une nation rebelle qui s’est révolté contre moi. » Dans sa mission, l’Église fait aussi l’expérience de cette fermeture de cœur, de ceux qui croient connaître mieux que les autres, et qui en fait passent à côté de ce que Dieu leur envoie ou leur donne. Parfois, l’Église s’est compromis avec des idéologies du monde, cherchant à appliquer ces dernières dans la pastorale. Là aussi, nous déplorons une fermeture de cœur à Dieu et aux autres. Nous voyons d’ailleurs que ces orientations idéologiques n’ont porté aucun fruit, aucune vocation. Mais devant ces fermetures de cœur, Jésus nous invite à être persévérant. Dieu disait dans la première lecture au prophète Ézéchiel : « Qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas - c’est une urgence de rebelles - ils sauront qu’il y’a un prophète au milieu d’eux. » Nous sommes invités à être persévérants, à être missionnaires, à être libres et non dépendants de la réception de ceux auprès de qui nous sommes ou auprès de qui nous sommes envoyés.

Frères et Sœurs, il arrive souvent dans notre vie que nous nous demandions si nous devons dire ou faire telle chose parce que nous sommes incertains du résultat et nous nous demandons si cela en vaut la peine. Je crois qu’il est toujours bon de faire les choses que nous pensons devoir faire, qu’elle que soit le résultat, parce que si nous ne le faisons pas, nous pourrions nous dire après coup : « Et si jamais j’avais fait telle chose, peut-être que cela aurait pu changer... » Quelle que soit la difficulté dans la mission, en famille, dans les relations, dans l’Église, Dieu a toujours fécondé notre fidélité, la vérité, et la persévérance.

 

Et j’en viens au dernier point de ma réflexion, à partir de la deuxième lecture. Saint-Paul, qui a reçu de nombreuses grâces, a fait l’expérience dans sa vie de blessures ou d’épreuves qui l’ont amené à l’humilité. Il arrive à dire que c’est dans sa faiblesse que le Seigneur le rend plus fort. Là se trouve la clé de la véritable humilité : consentir à nos pauvretés, les offrir à Dieu, pour Le laisser les féconder. Dieu aime manifester sa puissance et sa fécondité dans la pauvreté. La pauvreté que nous pouvons expérimenter, personnelle, humaine, dans nos moyens, sera la garantie que l’œuvre qui s’accomplira ne sera pas la nôtre mais celle de Dieu. Il nous faut arriver à l’humilité, à être des instruments dans la main de Dieu, et non ceux qui savent au nom de Dieu ou, pire encore, ceux qui savent pour Dieu.

 

Frères et sœurs, soignons notre relation à Dieu dans la prière en Lui demandant d’être réellement et profondément ouvert à Lui pour pouvoir être ouvert aux autres et ainsi reconnaître et accueillir Dieu dans l’autre. Amen !

 

 

 

 

7 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


Ancre 1
bottom of page