top of page
Actualités de la paroisse: Blog2

Homélie du 13ème Dimanche du Temps ordinaire


+

13ème Dimanche du Temps ordinaire

« Et Jésus leur ordonna fermement de ne le faire savoir à personne ; puis Il leur dit de la faire manger. »


 

Frères et Sœurs,

 

            Dimanche dernier, l’Évangile nous donnait à voir Jésus qui calmait la tempête et sauvait ses disciples. Aujourd’hui, l’Évangile nous donne à voir Jésus comme un bon médecin qui guérit à la fois la fille du chef de la synagogue et la pauvre femme qui souffre d’hémorragie depuis 12 ans. Ces deux Évangiles successifs nous montrent Jésus qui prend soin de nous, de notre humanité, de nos peurs et ils nous Le montrent comme Celui qui commande les éléments, affermit notre foi et ramène la paix et la vie.

 

            Frères et Sœur, une fois n’est pas coutume, je souhaiterais avec vous aujourd’hui réfléchir sur la situation politique que nous vivons en ce moment, non pas pour vous dire pour qui voter ou ne pas voter, ce qui n’est pas le rôle de l’Église, mais pour vous inviter à prendre de la distance, de la hauteur, et à nous remettre sous le regard de Dieu.

 

            Nous entendons en ce moment beaucoup de choses. Comme vous, j’entends un certain nombre de craintes qui s’expriment et je vois exposer des scénarios qui font peur ou qui inquiètent. À cela, s’ajoutent des craintes relatives aux réactions qui pourraient surgir suite aux résultats des élections, ainsi que la perspective d’une crise institutionnelle. Il me semble que le constat fondamental dont nous prenons acte en ce moment n’est pas tellement que les gens ne votent pas les mêmes choses, et ce au sein même de l’Église, mais que les idéaux poursuivis ne sont pas les mêmes, qu’ils sont différents, voire même qu’ils s’opposent. Nous faisons le constat que sur bien des sujets de société, sur bien des Lois ou des projets de Loi aujourd’hui, nous ne partageons plus la même vision du bien recherché.

 

            Quel peut donc être l’apport de l’Église dans cette situation ? L’Église n’a évidemment pas à vous dire pour qui voter. Sa mission est d’éclairer les consciences à la lumière de l’Évangile et de l’enseignement qu’elle dispense. L’Église vous demande de réfléchir à ces éléments et d’en tenir compte pour votre vote sachant que les uns et les autres nous ne mettrons pas les mêmes priorités dans nos critères. Quel sont ces éléments ? La recherche du bien commun, la recherche du bien du plus grand nombre et non la recherche de la satisfaction des biens particuliers, la doctrine sociale de l’Église, le respect et la dignité de tout être humain, le respect, la dignité et la protection de toute vie, le respect, la défense et la protection de la famille, du mariage comme institution entre un homme et une femme, la défense et la protection des plus petits et des plus pauvres, le respect des corps intermédiaires et du principe de subsidiarité qui fait qu’on laisse chacun faire ce qu’il peut faire, sans se mettre à sa place.

            À cela, j’ajouterais pour reprendre une expression du pape Paul VI, que l’Église se préoccupe de la dignité de tous les hommes et de tout l’homme, c’est-à-dire pas seulement de la dimension matérielle de la vie de l’homme mais également de la dimension de sa vie spirituelle. La politique doit prendre en compte les aspirations spirituelles et religieuses de l’être humain, son inspiration à la transcendance.

Forts de tout cela, l’Église sait bien que vous ne trouverez pas le candidat parfait, répondant à toutes les exigences morales et évangéliques. L’Église vous demande seulement de vous souvenir de ces aspects et d’en tenir compte.

 

            Maintenant nous pouvons nous demander pour notre part quel est notre devoir. En tant que baptisés, nous participons à la mission royale du Christ qui consiste à construire une société plus juste, plus charitable. Notre premier devoir de chrétiens est de rendre un culte à Dieu, de Le prier, de L’honorer et de l’adorer. Nous sommes appelés à avoir confiance en Lui, à mettre en œuvre dans notre vie personnelle et sociale les principes évangéliques et la pratique de la charité. Mais surtout nous sommes invités à vivre dans la foi, qui nous fait dire que nous savons que Dieu est présent, qu’Il agit dans notre monde. Mais la foi n’est pas qu’un sentiment intérieur à avoir pour nous aider à vivre chrétiennement les épreuves que nous rencontrons, elle est aussi un service à offrir à notre monde pour servir l’unité et le bien commun. Car que nous fait savoir la foi ? Que nous venons tous du même Dieu et que nous sommes faits pour Lui. La foi contribue à l’unité du genre humain parce qu’elle nous ramène à Dieu. N’ayons pas peur dans la situation actuelle d’être des hommes et des femmes de foi, car nous pourrons ainsi certainement aider notre monde ainsi les personnes inquiètes et ébranlées.

 

            Frères et sœurs, confions notre pays à l’intercession de la Vierge Marie qui en est la principale patronne. Que la Vierge Marie nous aide à rester sous le regard de Dieu, à rechercher Dieu, et à mettre en œuvre dans notre vie les principes chrétiens de l’Évangile et de l’enseignement de l’Église. Amen !

6 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


Ancre 1
bottom of page