Rechercher
  • Paroisse Saint Louis

Homélie de la Solennité des Rameaux


+

Solennité des Rameaux

« Le Christ Jésus s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. »



Chers frères et sœurs,

En entendant ce long et émouvant récit de la Passion se pose à nous cette question : quel regard posons-nous sur la Passion de Jésus ? L’écoute de l’Evangile nous propose, au-delà des différents personnages de la scène, deux regards bien différents sur la Passion. Il y a un regard humain, ou plutôt non chrétien pourrait-on dire, et un regard de foi. Que voit l’œil non chrétien dans la Passion ? Le regard qui n’est pas un regard de foi voit dans la Passion l’arrestation et l’exécution d’un homme, trahi par l’un des siens, abandonné par ses amis, condamné à mort par un procès qui est tout sauf un procès juste ; bref, on voit l’échec et la fin d’un homme que l’on disait « particulier ». Le regard de foi, lui, verra au-delà de ces aspects-là, l’acte d’amour d’un homme qui va jusqu’au bout du don de sa vie, en assumant les apparences de l’échec. Pour reprendre les mots de St Paul dans la deuxième lecture : « Le Christ Jésus s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu comme un homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la Croix. »

Ces deux regards nous amènent à réfléchir sur le regard que nous posons-nous-mêmes sur la Passion de Jésus. Nous aussi, nous sommes appelés à convertir notre vision de Dieu. Trop souvent aujourd’hui, nous voulons la religion, mais sans la Croix ; nous voulons un Dieu Tout-Puissant, mais sans la Croix. Or le Dieu auquel nous croyons a porté sa croix et est passé par la Croix. C’est ce que nous redit la fête des Rameaux. Nous aussi, à la suite de Pierre, nous devons renoncer à un Dieu qui correspond à notre vision de la toute-puissance pour accepter la foi en un Dieu qui assume la faiblesse, le péché, les limites, l’apparence de l’échec, la souffrance, la mort. L’Evangile de la Passion associe Dieu à la Croix.

Si la croix est à ce point importante pour Dieu, demandons-nous ce que nous apporte la Passion de Jésus.

La Passion du Christ est source de salut pour tous ceux qui y participent comme pour toute l’humanité. La Parole de Jésus mourant sur la Croix : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. » fait descendre sur notre monde le pardon que Jésus implore de Dieu son Père pour ceux qui le mettent à mort comme pour chacun de nous. Par le sacrifice de sa vie, par l’offrande de sa vie et de sa mort, Jésus rachète la trahison de Judas, le reniement de Pierre, l’endormissement et la fuite de ses disciples. Si Dieu, dans son amour tout-puissant, pardonne nos péchés, c’est grâce à Jésus qui a été jusqu’au bout du don de lui-même dans la Passion et le sacrifice qu’Il conduit à sa perfection. Notre salut nous est offert par la Passion de Jésus.

La Passion est aussi source de guérison pour ceux qui y communient. L’exemple le plus frappant est la guérison de l’oreille du serviteur du Grand Prêtre que Jésus va toucher immédiatement après qu’elle a été coupée. Dans la Passion de Jésus, le Bien jaillit du mal. Comme le dira le prophète Isaïe dans la première lecture que nous entendrons Vendredi Saint : « Par ses blessures, nous sommes guéris. » La Passion est source de guérison. Elle est une invitation faite à tous ceux qui souffrent à reconnaître leur communion avec le Fils de Dieu dans sa souffrance pour recevoir les effets de guérison que Jésus nous apporte.

La Passion est aussi source de conversion pour tous ceux qui l’approchent. Un des deux larrons se convertit avant de mourir et obtient la promesse du Paradis. A-t-il vu un miracle de Jésus ? a-t-il assisté à une guérison ? Pas du tout ! Il est juste à côté de la croix… ; le centurion qui crucifie Jésus confesse : « Celui-ci était réellement un homme juste. » Les autres évangélistes écriront : « Celui-ci était vraiment le Fils de Dieu. » Dans la Passion, la puissance de Vie jaillit immédiatement de la Croix.

Voici frères et sœurs quelques aspects de ce que nous apporte la Passion de Jésus aujourd’hui. Ne vivons pas cette semaine comme une semaine ordinaire. Essayons de la vivre avec Jésus qui marche vers sa Croix, vers l’offrande totale de sa vie. Essayons de participer au maximum aux offices de la Semaine Sainte ; faisons l’effort de venir nous confesser, de communier saintement le Jour de Pâques. Rendons grâce à Dieu pour la Passion de Jésus qui nous apporte le Salut et la Vie. L’Evangile que nous avons entendu s’ouvrait par l’institution de l’Eucharistie, dans laquelle Jésus condensait dans un rite tous les effets de sa Passion et de sa Résurrection. Si la Passion de Jésus s’est déroulée il y a quelques 2000 ans, à chaque messe, les mêmes effets nous sont offerts. La Passion qui s’est déroulée dans le temps nous est proposée aujourd’hui à chaque messe. Demandons au Seigneur la grâce de la fidélité à la messe le dimanche : c’est comme si nous vivions historiquement avec Jésus à chaque messe le Vendredi Saint et le Jour de Pâques ! Amen !


8 vues

Posts récents

Voir tout

le Dialogue des Carmélites

Dans le cadre des journée du patrimoine et en vue de la restauration de la collégiale Notre-Dame, nous vous convions à la pièce de théâtre « Dialogue de Carmélites » qui sera donnée en la collégiale

©2019 by Paroisse Saint Louis Pays de Vernon. Proudly created with Wix.com