Rechercher
  • Paroisse Saint Louis

Homélie de la Solennité de la Sainte Trinité


+

Solennité de la Sainte Trinité



Frères et sœurs,

En ce dimanche, en fêtant la Sainte Trinité, nous ne fêtons pas un évènement du Salut (comme la Nativité du Fils de Dieu, sa Résurrection, son Ascension), mais nous fêtons Dieu lui-même dans ce qu’Il est au plus profond de lui-même : un Dieu unique qui existe en 3 personnes distinctes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. La messe en l’honneur de la Sainte Trinité a été composée au VII ème siècle. Elle prend véritablement naissance au X ème siècle et est étendue à toute l’Eglise en 1334 par le Pape Jean XXI. Cette fête marque un changement dans le déroulé de l’année liturgique : nous avons une première moitié de l’Avent à la Trinité où nous commémorons les grands événements du Salut ; puis une deuxième moitié de la Trinité à l’Avent où l’Eglise déploie les enseignements de Jésus.

Replongeons-nous d’abord dans le mystère même de la Sainte Trinité. Que nous dit-il de Dieu ? de son essence ? de son identité ? Le mystère de la Sainte Trinité dit que nous croyons en un seul Dieu qui existe en 3 personnes distinctes. Qu’ont en commun ces trois personnes divines ? Elles partagent la même divinité. Elles sont autant Dieu les unes que les autres. Pas une de ces personnes n’est plus divine qu’une autre. Alors, qu’est-ce qui les distingue ? Leur relation entre elles tout d’abord. Le Père engendre le Fils et spire l’Esprit-Saint. Le Fils a une relation de filiation avec le Père et de spiration avec l’Esprit-Saint. L’Esprit-Saint a une relation de procession avec le Père et le Fils. Jésus a une parole très claire sur ce point-là dans l’Evangile que nous venons d’entendre : « Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : l’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. » Les relations des personnes divines entre elles ne sont pas les mêmes.

Il y a une deuxième chose qui les distingue : ce sont leur mission. On reconnait une mission particulière à chaque personne de la Sainte Trinité : le Père est Créateur ; le Fils Rédempteur ; l’Esprit-Saint Sanctificateur. Cependant, la profonde et parfaite unité qui les lie entre eux fait que, même si nous attribuons telle ou telle mission à telle ou telle personne, on ne peut les séparer. L’Ecriture nous enseigne ceci. Par exemple, si nous regardons la première lecture du jour, nous voyons que la Sagesse, qui représente le Christ, dit qu’elle participait à la Création, mission pourtant reconnue au Père : « Quand il établissait les cieux, j’étais là ; quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme, j’étais là etc… » L’Ecriture nous donne plein d’autres exemples de l’unité profonde des personnes divines entre elles.

Voilà ce que nous pouvons dire du mystère de la Sainte Trinité en lui-même. Si ce mystère n’est pas évident à comprendre, je voudrais vous montrer combien il est présent dans notre manière de prier et en particulier dans la liturgie. Tout d’abord par le signe de croix qui ouvre et termine toute prière, comme le début et la fin de la messe, comme le début de notre vie chrétienne (avec le baptême) et la fin (le signe de croix de nos proches sur notre cercueil). Tous les psaumes que les prêtres, les diacres et les religieux et religieuses ont mission de prier dans le Bréviaire se terminent par une doxologie trinitaire : « Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit ». Toutes les oraisons liturgiques ont une conclusion trinitaire : « Par Jésus-Christ ton Fils unique notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. » pour la formule longue. La prière eucharistique est une prière essentiellement trinitaire : le prêtre, renouvelant le Sacrifice du Christ, s’adresse toujours au Père en offrant le Fils, sous les espèces du Pain et du Vin, par l’Esprit-Saint. Cette grande prière s’achève par la doxologie : « Par lui, avec lui et en lui, à Toi Dieu le Père tout-puissant, dans l’unité du Saint-Esprit, tout honneur et toute gloire pour les siècles des siècles. »

La messe selon le missel de St Pie V, avant la réforme liturgique du concile Vatican II, avait deux magnifiques prières à la Sainte Trinité qui ont malheureusement été supprimées dans la forme actuelle. L’une d’elles, le Suscipe Sancta Trinitas, clôturait les prières de l’offertoire ; l’autre, le Placeat tibi Trinitas, clôturait la messe. Comme tout le monde n’a pas forcément connu ces prières, je vous les relis : « Recevez, Trinité Sainte, cette offrande que nous vous présentons, en mémoire de la Passion, de la Résurrection et de l’Ascension de Jésus-Christ notre Seigneur, et en l’honneur de la Bienheureuse Marie toujours vierge, du Bienheureux Jean-Baptiste, des saints Apôtres Pierre et Paul, des Saints ici présents et de tous les saints. Qu’elle serve à leur honneur et à notre salut, et que ceux dont nous honorons la mémoire sur la terre daignent intercéder pour nous dans le Ciel, par Jésus-Christ etc… », « Agréez Trinité Sainte, l’hommage de mon ministère et faîtes que le sacrifice que, bien qu’indigne, je viens d’offrir aux regards de Votre Majesté, puisse vous plaire et devenir ainsi pour moi et tous ceux pour qui je l’ai offert, source de pardon par votre miséricorde, par le Christ Notre Seigneur, Amen ! »

Si nous prêtons bien attention, notre prière est sans cesse habitée par le mystère de la Sainte Trinité. Je voudrais terminer en regardant ce que permet le mystère de la Sainte Trinité dans notre vie. St Paul a cette parole dans la deuxième lecture : « L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit-Saint qui nous a été donné. » La Sainte Trinité ne peut s’expliquer que par l’essence même de Dieu qui est un Dieu d’Amour. Or l’amour implique nécessairement une pluralité de personnes. On ne peut s’aimer soi-même. Il faut nécessairement aimer un autre, extérieur à nous-mêmes sans quoi l’amour est immature et déficient. C’est parce que Dieu est Amour qu’Il est trinitaire. Or, la Bible nous apprend que l’homme est créé à l’image de Dieu ; c’est-à-dire que nous sommes créés par l’Amour et pour aimer. Notre capacité d’aimer est donc nous aussi marquée par l’altérité. A l’image de Dieu notre Créateur, nous sommes appelés à aimer celui qui est distinct et c’est par cet amour, d’une personne autre que moi, que peut se construire une unité profonde. Le mystère de la Sainte Trinité est profondément un mystère d’Amour et d’unité.

Nous ne pouvons que constater aujourd’hui, à mesure que recule de notre société, de l’espace public, Dieu lui-même, nous ne pouvons que constater que l’amour et l’unité deviennent de plus en plus difficiles. Fêter la Sainte Trinité, c’est aussi choisir et décider de remettre Dieu au centre de notre vie personnelle et publique, ecclésiale et sociale, pour que nous puissions davantage nous aimer et vivre dans la Paix, don du Dieu. Trinitaire. Amen !

138 vues

Posts récents

Voir tout

Présence aux messes

A noter : Suite aux annonces de l’État, les églises seront remplies dès à présent : - un rang sur 2, - 2 chaises entre les personnes, - les personnes vivants sont le même toit pouvant s’assoir ensembl

©2019 by Paroisse Saint Louis Pays de Vernon. Proudly created with Wix.com