top of page
Actualités de la paroisse: Blog2

Homélie de la Solennité de l’Immaculée Conception


+


Solennité de l’Immaculée Conception


« Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon. »

Chers frères et sœurs,

Comme chaque année, nous nous retrouvons au début du temps de l’Avent pour célébrer l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. Cette solennité jette au cœur de ces mois plus sombres, plus froids, la lumière divine qui vient rejoindre l’homme, nous préparant ainsi à la solennité de la Nativité du Fils de Dieu. Comme chaque année, nous retrouvons au cœur de notre méditation l’épisode de l’Annonciation, où nous pouvons contempler le « Oui » que Marie offre à l’Archange Gabriel. C’est un « oui » particulier, parce que préservé de tout péché, parce que préparé et offert. Je voudrais ce soir contempler avec vous la grâce que l’Immaculée Conception apporte au « oui » de Marie.

En écoutant la première lecture tirée du Livre de la Genèse, nous voyons une des premières conséquences du péché originel : le péché nous coupe de Dieu et introduit la peur et la méfiance dans la relation à Dieu. De ce fait, l’homme se cache de Dieu et il ne se laisse plus habiter par la présence de Dieu. Alors, Dieu se met à la recherche de l’homme, Il ne l’abandonne pas à son propre péché. La différence est saisissante lorsque nous regardons Marie dans l’épisode de l’Annonciation. Marie ne se cache pas de Dieu ; elle Lui est disponible et nous pouvons même dire qu’elle L’attend. Elle est au rendez-vous, pourrions-nous dire trivialement, quand Adam, lui, fait défaut. En ce sens, Marie est celle qui nous apprend à être présent et disponible au rendez-vous que Dieu nous donne. De plus, préservée de tout péché, originel comme actuel, elle se laisse totalement habiter par l’Esprit-Saint qui prend possession de son être pour féconder l’Enfant Divin. La grâce de l’Immaculée Conception nous apprend que le péché nous empêche de nous laisser habiter par Dieu. On comprend dès lors de quelle manière le baptême, qui nous lave du péché originel, permet l’habitation au plus profond de notre être des trois personnes divines.

En nous éloignant de Dieu, en détournant l’homme de Dieu, en empêchant l’habitation de Dieu en l’homme, le péché nous empêche de répondre « oui » à Dieu. Voici une des conséquences de la grâce de l’immaculée Conception : répondre « oui » à Dieu. Mais le « oui » de Marie est différent de nos propres « oui » à Dieu. Son « oui » repose sur une liberté totale, pure, aucunement restreinte, ni consciemment ni inconsciemment. Il y a effectivement deux éléments dans le « Fiat » de Marie : non seulement, la liberté de Marie ne connaissant aucune fermeture, il n’y a aucune dissociation entre sa liberté et sa réponse, mais encore son « Fiat » est pur, parfait, sans aucune tâche. Là aussi, nous mesurons l’écart qu’il y a entre le « Oui » de Marie et nos propres « oui ». Même si nos « oui » peuvent généreux, ouverts, motivés et habités par l’Amour, ils ne peuvent pas être parfaits, purs, puisque notre nature ne l’est pas. Ce qui n’est pas le cas chez Marie. Et l’on comprend pourquoi le « oui » de Marie doit être pur, sans aucune tâche…il ne s’agit pas de dire « oui » à un projet humain, bon pour les autres ; mais il s’agit de dire « oui » à Dieu pour un projet divin, c’est-à-dire parfait. Voici une des principales conséquences de la grâce de l’Immaculée Conception sur le « oui » de Marie. On comprend à l’inverse combien le péché nous empêche de répondre de beaux « oui » à Dieu et aux autres. Il est important de toujours enraciner nos propres « oui », qu’ils soient celui du mariage, d’un engagement dans la vie consacrée, dans l’amitié, dans une mission, un travail, dans le « oui » de Marie. Comme cette image de Marie qui protège ses enfants en les recouvrant de son manteau, Marie prend nos propres « oui » pour les parfaire et les protéger.

Une autre conséquence de la grâce de l’Immaculée Conception réside dans la puissance d’intercession de la Sainte Vierge. Préservée de tout péché, sa communion, son union avec Dieu est complète, parfaite et pure, ce qui n’est pas notre cas. Le concile Vatican II dit dans sa constitution dogmatique sur l’Église Lumen gentium que l’intercession de Marie est à elle seule plus puissante que celle de l’Église toute entière (c’est-à-dire du ciel et de la terre) avec celle de tous les saints. L’Évangile nous donne déjà un avant-goût de la puissance d’intercession de Marie sur le cœur de Jésus avec l’épisode des noces de Cana. Mais cette puissance d’intercession était déjà évoquée au Livre de la Genèse lorsque Dieu annonçait que la femme meurtrirait la tête du serpent et que celui-ci lui meurtrirait le talon. Dieu annonçait déjà la victoire de la femme sur le démon, victoire que Marie nous manifeste à travers son Fiat à Dieu et à travers la pureté de son intercession.

En cette solennité de l’Immaculée Conception, rendons grâce à Dieu pour le « Oui » de Marie, pour l’avocate qu’Il nous a donnée. Que la Sainte Vierge nous aide à lutter contre le péché pour grandir dans notre union à Dieu. Confions à l’intercession de Celle dont nous fêtons l’Immaculée Conception la vie humaine, tant dans son origine que dans sa fin. Le droit de tuer un être vivant, inoffensif, ne peut devenir un droit constitutionnel sans modifier profondément le fondement de notre vie en société en introduisant et en justifiant l’acte de tuer. Il en va de même pour la fin de vie. Que Marie inspire nos frères et sœurs, nos législateurs, pour trouver d’autres solutions au soulagement de la souffrance que de mettre un terme à la Vie. Que la Sainte Vierge nous apprenne à redécouvrir le sens et la beauté de la Vie et à promouvoir une vraie culture de Vie. Amen !

15 vues

Posts récents

Voir tout
Ancre 1
bottom of page