Homélie de la messe de rentrée paroissiale


+


Messe de rentrée paroissiale


Dimanche 11 Septembre 2022


Chers Frères et sœurs,

Nous faisons un petit écart liturgique aujourd’hui en célébrant St Louis, le Saint Patron de notre Paroisse, quelques semaines après sa date officielle. Mais fin Août, beaucoup de nos paroissiens sont encore absents. Cette année, je vous propose de regarder plus particulièrement le rapport entre Saint Louis et la jeunesse, puisque nous axons cette année pastorale qui s’ouvre sur la jeunesse. Et pour ce faire, je partirais de deux remarques concernant la vie de St Louis par rapport à la jeunesse.


La première, c’est que pour St Louis, la jeunesse est une période particulièrement importante, puisque c’est au cours de sa propre jeunesse que le futur Roi reçoit la charge de gouverner le Peuple français. Né en 1214 à Poissy, il sera sacré Roi à l’âge de 12 ans à Reims. Trop jeune pour gouverner, et conformément aux volontés de son Père Louis VIII, c’est sa mère qui assurera la régence jusqu’à la majorité du Roi. Il n’empêche que c’est tout jeune qu’il reçoit la charge et la mission de gouverner le Peuple français, ainsi que celle de protéger l’Église. C’est donc au cours de sa jeunesse que le jeune St Louis reçoit une éducation conséquente sur le plan intellectuel, religieux, sans oublier l’art de la guerre. Il ne l’oubliera jamais. Cette période est particulièrement importante et fondatrice pour lui.


La deuxième, c’est qu’il a encouragé les études universitaires et protégé, autant qu’il a pu, les étudiants. Il soutiendra la fondation de la Sorbonne avec son ami Pierre de Sorbon en 1253 pour permettre l’étude des arts et de la théologie. Il tient à ce que des pensionnaires pauvres puissent être accueillis et c’est à cet effet qu’il donnera quelques maisons qui lui appartenaient pour que des étudiants pauvres, recevant des bourses, puissent être logés. Il soutiendra comme il le peut les étudiants et, pour illustrer ce que je vous dis, je vais vous rapporter une petite histoire qui est devenue un vrai conflit entre les étudiants et l’Église ainsi qu’entre lui et sa Mère. L’affaire démarre un lundi et un mardi Gras en 1229 où les étudiants font la fête avant l’entrée en Carême. Quelques étudiants, le soir, entrèrent dans une taverne et se disputèrent avec le tavernier sur le prix des boissons. Les étudiants refusèrent de payer leur boisson, le tavernier les mit dehors, et le lendemain, les étudiants revinrent pour régler leur compte physiquement avec le tavernier : ils brisèrent tous les vases à vin, défoncèrent les tonels. Le quartier, apeuré, porta plainte auprès du légat et de l’évêque de Paris sous la juridiction duquel l’université est placée. L’université jouissait alors, depuis le grand-père de St Louis, Philippe Auguste, de privilèges, dont notamment une certaine liberté dans l’administration de la justice et des peines. L’évêque avait maille à partir avec l’Université, il souhaitait s’affranchir de son autorité, et était bien aise de la voir humiliée dans cette affaire. Ni le légat du Pape, ni l’évêque ne tranchèrent la question... qui en arriva donc à la Reine Régente. Celle-ci mit fin aux privilèges de l’université et la ferma. Les étudiants quittèrent alors Paris pour les universités européennes Bologne, Wittenberg et Oxford. St Louis pour sa part fit savoir à sa Mère son désaccord : il trouvait que c’était taper bien fort pour une histoire de beuverie de Mardi Gras et il déplora le départ de la jeunesse estudiantine de Paris. Il inclinait à comprendre cette jeunesse et se disait que les choses rentreraient dans l’ordre naturellement si on ne les compliquait pas. L’affaire sera finalement tranchée par le Pape Grégoire IX qui redonnera à l’Université tous les privilèges suspendus par la Reine. Je suis sûr que vous ne connaissiez pas cet épisode de la vie de St Louis, qui nous le dépeint autrement que le Roi rendant justice, fondant des hôpitaux, ou partant en croisade, mais qui nous montre toute la compréhension et l’attention qu’il apportait à la jeunesse. Il voulait l’instruire, la tirer vers le haut, l’éduquer religieusement, et il savait aussi la comprendre.

Voici donc pour St Louis et les jeunes… Alors, de notre côté sur la paroisse…Pour notre part, voici ce que nous proposons cette année pour accompagner la jeunesse de notre Paroisse, après avoir réformé pendant 4 années la catéchèse sur la Paroisse, tant dans son contenu que dans son organisation, la principale réforme mise en place, à la demande du diocèse, étant la célébration de la confirmation en classe de 6ème à la fin de la catéchèse primaire. Deux projets importants vont être conduits cette année. Nous allons relancer une Aumônerie, proposée aux jeunes à partir de la classe de 5ème. Je rappelle, parce qu’il y a beaucoup de confusions sur ces questions-là, que l’Aumônerie des jeunes, n’a jamais eu vocation à préparer des sacrements. Les sacrements sont liés à la catéchèse et à la mission du curé. La réalité est que comme bien souvent on ne savait pas trop quoi proposer aux jeunes, on se rabattait dans le cadre de l’aumônerie sur la préparation ou de la Profession de Foi (qui n’est pas un sacrement, mais qui est lié au catéchisme) ou à la confirmation. Pour notre part, nous souhaitons que ce qui sera proposé aux jeunes dans le cadre de l’aumônerie les aide à vivre leur foi dans le monde d’aujourd’hui, sans se laisser absorber par le monde, mais tout en leur donnant les moyens d’y vivre solidement. Nous travaillons avec l’Équipe d’Animation Pastorale depuis plus de deux ans sur le contenu à proposer et nous sommes arrivés à une esquisse qui ressemblerait à ceci : les jeunes inscrits à l’aumônerie choisiraient une activité par mois, ou bien une activité missionnaire d’évangélisation (tractage sur le marché avant Noël ou la Semaine Sainte, Porte à porte), ou bien un service de paroisse (préparer ou animer une messe, visiter des personnes malades ou âgées, participer à de l’éveil à la foi ou à la liturgie des enfants au cours de la messe), ou bien un service caritatif ( donner un coup de main aux associations caritatives liées à la Paroisse : St Vincent de Paul, l’ordre de Malte, le Secours Catholique ou Solidarité Partage). Mais nous souhaitons également renouveler l’encadrement de ces jeunes. Et pour trouver de nouveaux parents, de nouveaux encadrants, et pour relancer l’Aumônerie en partant sur quelque chose de nouveau, en attendant que cette nouvelle organisation se mette en place l’année prochaine, nous montons un Spectacle sur la Passion du Christ qui vous sera présenté avant la Semaine Sainte. Donc tous les jeunes qui souhaitent participer à ce spectacle sont invités à s’inscrire à l’issue de la messe au Presbytère où nous les attendons nombreux : il y a besoin de comédiens, de musiciens (instrumentistes et chanteurs), de costumiers, de metteurs en scène, de constructeurs de décor. Le tout dirigé par deux couples de parents. Les modalités pratiques (répétition, fréquence, horaire, lieu) tout sera affiné en fonction des inscriptions. Ce projet monté, nous aurons un bon noyau de jeunes de la Paroisse pour envisager l’Aumônerie telle que je vous l’ai exposée plus haut.

Le deuxième projet est davantage lié à la pratique religieuse et à la liturgie. Il s’appuie sur les mêmes ressources : faire appel aux talents artistiques de enfants et des jeunes et sortir la vie de la foi et son expression d’une conception exclusivement intellectuelle, comme on l’a trop enfermée depuis le Concile Vatican II. Nous lançons une Maîtrise et une pré-Maîtrise. La pré-maîtrise s’adresse aux enfants de CM (ils sont aujourd’hui une 15 aine) ; la maîtrise aux collégiens (ils sont aujourd’hui une petite dizaine). La Maîtrise St Mauxe (du nom de Saint Maxime d’Évreux mort martyr à Acquigny avec son diacre Vénérand et fêté le 25 Mai) est confiée à un chef de chœur professionnel, Mathias Théry, déjà venu animer deux messes ici à la collégiale et qui a en charge la Schola grégorienne. Elle animera totalement 6 messes au cours de l’année. La Pré-Maîtrise, quant à elle, participera à des messes dominicales ou à des messes de fête en semaine. Ce projet est monté en lien avec les établissements catholiques de Vernon. À travers la Maîtrise, nous souhaitons faire davantage participer les enfants et les jeunes à la vie liturgique de la Paroisse, mais aussi nous souhaitons, en faisant appel aux talents artistiques des enfants et des jeunes, permettre à ceux qui ne connaissent pas plus que cela Jésus, la foi et l’Église, de les leur faire découvrir. C’est un projet qui, par le beau, doit permettre de conduire à Dieu et de Le rencontrer.

Nous confions cette nouvelle année pastorale à la Vierge Marie, à qui notre Paroisse a été consacrée, ainsi qu’à St Louis, notre saint patron. Nous leur confions toute la jeunesse de notre Paroisse afin qu’elle puisse se fortifier dans la foi et dans l’amour de Jésus et de l’Église. Amen !

19 vues

Posts récents

Voir tout