Rechercher
  • Paroisse Saint Louis

Homélie de la Fête Dieu - Premières Communions



+

Solennité de la Fête Dieu

Premières Communions


Frères et sœurs,

Chers enfants,

Quel beau jour pour faire sa Première Communion que le jour où l’Eglise fête le Saint-Sacrement ! Aujourd’hui, l’Eglise vénère et adore dans la liturgie le trésor légué par Jésus lui-même, c’est-à-dire : Lui-même. Lui-même sous la forme du Pain et du Vin consacrés, le pain et le vin qui deviennent au cours de la messe, le Corps et le Sang de Jésus.

Chez ceux qui n’ont pas la foi, on peut se dire : qu’est-ce que c’est que ce rite bizarre où les chrétiens vont manger un bout de pain et disent que c’est le Corps de Jésus ? Chez ceux qui sont protestants, on se dit que ce rite rappelle le fait que Jésus a donné son corps et son sang pour nous ; c’est un mémorial, un rite qui nous aide à faire mémoire de…

Mais chez les catholiques, on reconnaît et on croit que ce bout de pain EST le Corps du Christ, parce que c’est Jésus lui-même qui au soir du Jeudi Saint a institué ce rite devant des disciples qui ne comprenaient alors pas grand-chose, si ce n’est que ça allait mal finir pour Jésus…

Le fait que nous commémorions ce don institué et légué par Jésus ne nous met pas à l’abri des questions ou des doutes qu’il suscite. Bien au contraire ! Nous savons que lorsque Jésus a dit à ses disciples qu’Il donnait son Corps à manger, nous savons que beaucoup l’ont quitté ! car ils n’avaient pas compris que Jésus parlait du rite qu’Il instituait, à savoir qu’Il donnait son Corps et son Sang sous les espèces du Pain et du Vin. Et Jésus sera clair ; Il ne dira pas : ce pain représentera mon corps ; ce vin représentera mon sang. Il dira : « Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »

Ce mystère de la transsubstantiation est certes difficile à croire, mais c’est l’objet de notre foi et objet d’un acte de foi de notre part. Ecoutez ce que dit la séquence du jour : « C’est un dogme pour les chrétiens que le pain se change en son corps, que le vin devient son sang / Ce qu’on ne peut comprendre et voir, notre foi ose l’affirmer hors des Lois de la nature. »

Chers enfants, en ce jour où vous allez recevoir pour la première fois Jésus dans votre cœur, je voudrais simplement vous redire 3 choses.

La première, c’est que le Saint-Sacrement, la Présence de Jésus dans le Pain consacré, nourrit notre vie divine que vous avez reçue lors de votre baptême. Si Jésus a choisi de se donner à nous sous l’espèce du pain, c’est bien pour nous montrer qu’Il se fait nourriture. Le pain est la base de notre nourriture. Mais, que Dieu veuille nourrir l’homme, ce n’est pas non plus évident. On peut en rester dans notre foi à un Dieu qui nous créées, mais ne pas en venir à un Dieu qui veut nous nourrir de lui-même pour que nous devenions lui-même ! Or, il a fallu aussi que Dieu prépare le coeur et l’intelligence de l’homme pour que l’homme comprenne que Dieu voulait nous nourrir de lui-même pour que nous devenions comme Dieu; cela ne s’est pas fait du jour au lendemain…Tout au long de son histoire, Dieu a éduqué le peuple Hébreu à recevoir tout ce qui viendra de Lui. L’homme doit mourir à la prétention de tout recevoir de lui pour accepter de recevoir de la part de Dieu ! La séquence redit le mystère de cette longue préparation : « D’avance il fut annoncé par Isaac en sacrifice, par l’agneau pascal immolé, par la manne de nos pères. »

La deuxième chose que je voudrais vous dire est celle-ci : c’est que le Saint Sacrement permet à Dieu de demeurer en nous, et à nous de demeurer en Dieu. Jésus le dit lui-même dans ses paroles : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi, je demeure en lui. » Il ne peut y avoir de communion plus grande, plus parfaite et plus totale entre Dieu et nous que dans le Pain consacré que nous mangeons. A travers la Communion, Dieu vient habiter réellement en nous, physiquement. Et, en même temps, à travers la Communion, Dieu nous fait demeurer, habiter en Lui. Plus nous communions, plus nous nous transformons en Dieu ; nous sommes assimilés à Dieu et en Dieu.

La troisième chose que je vous laisse, c’est que l’Eucharistie fait de nous le Corps du Christ. Puisque nous communions au même Pain, nous avons part au même Corps, et nous devenons ce même Corps. C’est l’Eucharistie qui façonne, construit et solidifie l’Eglise par l’incorporation des fidèles qui communient au Corps du Christ Ressuscité. Le Saint-Sacrement construit l’Eglise et construit notre unité. Le Saint-Sacrement est le médicament contre la division, les ruptures et tout ce qui blesse et détruit notre unité et notre communion. Prenons bien garde, nous tous qui communions, à ne pas être facteurs de divisions au sein même de l’Eglise, à travers nos paroles, nos actes, nos commentaires, car ce serait alors un péché encore plus grave. Là aussi, St Thomas d’Aquin le dit dans la séquence : « Bons et mauvais le consomment, mais pour un sort bien différent, pour la vie ou pour la mort. »

Chers enfants, en ce jour béni de votre Première Communion, en ce jour béni où nous adorons Jésus lui-même, demandons à la Vierge Marie, Mère de Jésus et notre Mère, qu’elle vous garde fidèles au Sacrement de la Communion et fidèles à la Messe. Confions lui chacune de vos familles, vos parents, afin qu’ils vous aident à grandir la dans la foi, confions-lui notre paroisse et l’unité de notre Église. Amen !

0 vue

©2019 by Paroisse Saint Louis Pays de Vernon. Proudly created with Wix.com