top of page
Actualités de la paroisse: Blog2

Homélie de ka Dédicace des Basiliques des Saints Apôtres Pierre et Paul


Dédicace des Basiliques des Saints Apôtres Pierre et Paul


Samedi 18 Novembre 2023


Collégiale Notre-Dame de Vernon


Chers Frères et sœurs,

Chers amis pèlerins,


Nous nous retrouvons ce matin pour célébrer la messe en action de grâce pour le pèlerinage vécu à Chartres l’année dernière et pour le chapitre que vous avez constitué sous le patronage de St Anselme, évêque et docteur de l’Église, un saint presque normand, puisque, natif de Lombardie, il faut abbé du Bec-Hellouin avant de devenir archevêque de Cantorbéry où il succéda à Lanfranc. Mais l’Église fait aujourd’hui mémoire en ce samedi, de la Vierge Marie, ou encore de St Maudez, originaire d’Irlande, ayant vécu l’idéal des moines de Syrie sur la côte nord de la Bretagne où il eut d’ailleurs comme disciple St Tugdual, futur abbé-évêque de Tréguier et St Budoc, lui-même formateur de St Gwénolé, fondateur de l’abbaye de Landevennec, et l’Église fait encore mémoire des saints Apôtres Pierre et Paul, à travers la fête de la dédicace de leur basilique.


Les basiliques de St Pierre au Vatican et de St Paul-hors-les-Murs furent construites toutes les deux par l’empereur Constantin à l’endroit même du martyre des deux Apôtres. La basilique St Pierre s’ élève sur le cirque de Néron et sous son Maître-Autel reposent les restes de St Pierre. Construite au IVème siècle, elle fut agrandie, puis reconstruite au XVIème siècle. Elle fut consacrée par le Pape Urbain VIII le 18 Novembre 1626. La basilique de Saint Paul est située à l’autre extrémité de la ville, sur le tombeau de l’Apôtre des nations. Presque entièrement détruite par un incendie en 1823, cette basilique fut reconstruite par le pape Grégoire XVI et Pie IX, et consacrée par ce dernier le 10 décembre 1854. Ce fut Pie IX qui institua la fête d’aujourd’hui en réunissant les anniversaires des deux dédicaces sous la date primitive du 18 novembre.


La Dédicace est une fête d’origine juive qui consiste en l’ inauguration religieuse d’un bâtiment destiné à Dieu et à la prière. Fêter les Dédicaces des Églises est en quelque sorte fêter leur anniversaire et cette fête nous redit la vocation et la consécration particulière de ces édifices qui font qu’ils sont saints, c’est-à-dire coupés du monde pour être consacrés à Dieu. L’église consacrée et dédicacée devient la demeure de Dieu, la maison où Dieu habite, où Il est réellement présent. L’épître de la messe évoquait cette réalité : « Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes, et il habitera avec eux ; et ils seront son peuple, et Dieu lui-même demeurant avec eux sera leur Dieu. »

Frères et sœurs, il nous faut être vigilant pour conserver le caractère sacré des édifices consacrés à Dieu. Si l’église est la demeure de Dieu, alors on n’y fait pas n'importe quoi, on ne se comporte pas n’importe comment, on respecte le silence sacré, on a des attitudes physiques et des tenues correctes. On n’y passe pas n’importe quel genre de musique. C’est par notre déférence et notre respect que nous pouvons contribuer à manifester la présence réelle de Dieu dans ce lieu consacré.


L’Évangile de cette messe nous montre Jésus qui vient habiter chez Zachée. Par le mystère de l’Eucharistie et de la Sainte Communion, l’Incarnation de Dieu au plus profond de notre être et de notre âme, de notre corps et de notre vie, devient possible. Le caractère sacré des églises est intimement lié à la présence de Jésus au Tabernacle, à la communion eucharistique que les fidèles peuvent vivre, qui fait de nous des Temples vivants de Dieu. Par la Sainte Communion, nous devenons des Temples de Dieu, contribuant ainsi à édifier le Corps du Christ qu’est l’Église. La communion au Corps du Christ fait de nous les membres d’un seul corps qu’est l’église. Frères et sœurs, quelle que soit la langue dans laquelle la messe est célébrée, quelle que soit l’orientation de la messe, quels que soient les goûts et les sensibilités des uns et des autres, il n’y a qu’une seule Église, composée de membres différents. Le chapitre composé l’année dernière ainsi que les pèlerins venus marcher vers Chartres est un beau signe d’unité des catholiques dans leur Église. Et il faut chérir cette unité, la protéger, la défendre, et faire attention à ne pas l’abîmer. L’unité appelle une attitude de vérité, de respect, et de sacrifice. Il n’y a pas d’unité sans sacrifice. Jésus institue le sacrement de l’unité, qui est celui de la Sainte Messe, au moment où Il se sacrifie, où Il offre son corps et son sang. De manière moins théologique, les couples ici réunis savent que leur unité est à la mesure des sacrifices personnels qu’ils sont capables de consentir et d’offrir.


Frères et sœurs, dans une société française et occidentale déchristianisée, dans un recul général de la pratique de la foi catholique, nous avons, vous avez, un témoignage d’unité à donner, d’unité des fidèles qui estiment deux formes de messe différentes. Le témoignage d’unité offert est supérieur aux points de vue personnels et partisans. Et il sera source de fécondité s’il est vécu en vérité dans la charité. Alors au cours de cette messe, nous rendons grâce pour ce qui a été vécu lors du pèlerinage, et nous implorons du Seigneur la grâce de la fécondité missionnaire de notre chapitre, et du pèlerinage de Chartres. Que Notre-Dame, fêtée également en ce samedi, intercède pour ses enfants et qu’elle nous protège et nous conduise à Jésus. Amen !


6 vues

Posts récents

Voir tout

Comentarios


Ancre 1
bottom of page